Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 13:50

 

Dès le mois de mai 1991, la Commission européenne, alors présidée par Jacques Delors, éditait un rapport reprenant l’essentiel des orientations définies par les grands groupes capitalistes. Elle dépasse même les espérances de ces derniers parlant de « rentabilisation », « d’économie d’échelle », les cours devenant des « produits », les étudiants des « clients ». La logique libérale va alors déjà très loin puisqu’il est précisé que « cette entreprise [l’université] doit vendre ses produits sur le marché de l’enseignement continu, que régissent les lois de l’offre et de la demande. », « une concurrence s’instaurera entre les prestataires de l’apprentissage à distance [...], ce qui peut déboucher sur une amélioration de la qualité des produits. »

La Stratégie de Lisbonne adoptée en l’an 2000 et la stratégie « UE 2020 » adoptée en 2010 suivent la même logique : réaffirmation de l’importance de la recherche développement et d’une promotion de la croissance économique. Mais celles-ci passeraient bien sur par libéralisations de tous les secteurs économiques, y compris les services, et flexibilité du travail.

Mais qui a fait le bilan sérieux de ces plans successifs censés faire de « l’Europe l’économie la plus performante de la planète »? Sûrement pas les technocrates européens qui continuent à prôner – dans une période de crise – des sacrifices salariaux aux travailleurs de l’UE, la casse des services publics et la restriction des droits sociaux. Encore moins les gouvernements nationaux, comme ceux de Nicolas Sarkozy qui, fidèles à ces orientations, ont mis en place  une pseudo-autonomie des universités, la RGPP ou encore asservi le C.N.R.S. à l’industriepour ne parler que du versant universitaire de sa casse du service public et des acquis sociaux.

Enseignants, chercheurs, techniciens, personnels et étudiants dans les universités connaissent par contre les conséquences mortifères de ces contre-réformes pour les ressentir durement chaque jour depuis des années. Désorganisation des enseignements et des recherches. Précarité généralisée des personnels qui voient leurs salaires stagner et leur avenir professionnel bouché ou totalement incertain. Assujettissement des thématiques scientifiques aux préoccupations du privé : les groupes du CAC 40 font ainsi financer leur recherche-développement sur fonds publics ! En bref, alignement sur la modèle libéral anglo-saxon d’un système français faisant bon marché des succès indéniables que constitue la place reconnue de la France dans la recherche fondamentale mondiale en physique ou en mathématiques pour ne citer que ces deux matières.

Voilà le vrai bilan des stratégies européennes appliquées en France !

Partager cet article

Repost 0

commentaires