Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:02

C'est avec une très grande tristesse que j'apprends le décès de Nelson Mandela. Un grand homme nous quitte. Nelson Mandela restera à jamais le symbole de la lutte pour l'émancipation humaine, une de ces figures universelles qui marquent l'histoire. Face à un régime d'apartheid qui niait la dignité humaine et avait érigé le racisme et l'humiliation en système, il n' a jamais plié. Cela lui coûta 27 ans de bagne, mais le mena à la présidence de l'Afrique du Sud. Avec ses compagnons de l'ANC, dans l'alliance indéfectible avec le Parti communiste sud-africain et la Cosatu, il se fixa et atteignit l'objectif qui paraissait insensé d'unir tout son peuple sous la bannière de la Charte de la Liberté. Toute la destinée d'un peuple s'est incarnée en lui.

Madiba fut le premier président de sa nation élu au suffrage universel et non-racial. Les communistes français s'honorent d'avoir contribué dès le premier jour et sans relâche à ce qui devint un puissant mouvement de solidarité internationale aux côtés de cette marche vers la liberté du peuple sud-africain.

La lutte contre l'apartheid, jusqu'au boycott, et pour la libération de Nelson Mandela ont profondément marqué l'histoire du Parti communiste français. Elle a, personnellement, été le terreau de mes engagements de jeunesse. De l'occupation de l'Ambassade d'Afrique du Sud, entièrement repeinte en noir pour crier la honte de ce régime, aux grandes manifestations parisiennes, en passant par la douleur de l'assassinat à Paris de Dulcie September, le PCF et les jeunesses communistes ont été de tous les combats.

Hier, la libération de Madiba et de tout le peuple sud-africain était une victoire pour l'ensemble du genre humain. Aujourd'hui, le deuil des Sud-Africains est celui de l'humanité toute entière.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 20:45

Le président Hollande, en visite en Israël n'a pas eu l’audace de regarder la situation en Palestine en face. 20 ans après la signature des accords d'Oslo, le « processus de paix » n'est plus qu'une coquille vide. Chaque semaine, le gouvernement israélien annonce l'implantation de nouvelles colonies. Il poursuit inlassablement son programme de démolition des maisons palestiniennes à Jérusalem-Est. La « barrière de sécurité », véritable frontière imposée unilatéralement le long du Jourdain se renforce. Le blocus de Gaza continue. Les Bédouins sont regroupés de force et leurs villages sont rasés.


Le président Hollande, confirmant le virage de la politique étrangère française engagé par Sarkozy, a fermé les yeux sur cette situation. Accompagné de chefs d'entreprises, il a aussi oublié de rappeler que les investissements dans les colonies sont illégaux au regard du droit international au risque d’entacher l'image de notre pays sur la scène internationale. La France freine l'application des lignes directrices de l'UE qui considère les colonies comme illégales.

L'existence d'un État palestinien souverain dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale et le règlement de la question des réfugiés conformément à la résolution 194 de l'ONU sont les clés de la paix en Israël / Palestine et dans le Proche Orient plus largement. Toute solution qui prétendrait imposer au faible le droit du plus fort serait illusoire et génératrice de chaos.

Les communistes veulent que la France déploie tous les efforts diplomatiques, politiques et économiques nécessaires pour promouvoir le développement de la Palestine, la reconnaissance de l'État palestinien, la paix et le désarmement, ainsi que la dénucléarisation de la région, pour faire respecter le droit international avec l'arrêt de la colonisation, le droit au retour des réfugiés et la libération de Marwan Barghouti, député palestinien, et des 5 000 prisonniers politiques palestiniens retenus par Israël.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 19:42

noname

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 18:11

Nos compatriotes Pierre Legrand, Marc Feret, Thierry Dol et Daniel Larribe, enlevés le 16 septembre 2010 au Niger, sont désormais libres et de retour en France. Le PCF se réjouit de leur libération et leur adresse toutes ses amitiés en leur souhaitant la bienvenue au pays. Nous saluons le courage qui fut le leur et celui de leurs familles et proches, tous extrêmement éprouvés par cette épreuve inhumaine.

 

Revendiquées par des groupes armés islamistes, ces prises d'otages sont des actions criminelles aux objectifs purement vénaux. L'Afrique de l'ouest, le Sahel, en particulier, sont, a fortiori, depuis l'intervention « occidentale » en Libye le théâtre d'une insécurité et d'une instabilité constantes où pullulent bandes armées criminelles qui pillent les populations et organisent des trafics d'armes.

La France n'est pas sans responsabilité dans cette situation ; et la présence de troupes et bases militaires n'est pas pour résoudre le problème mais pour le contenir. Il faut encore que les autorités françaises reconsidèrent la politique de la France en Afrique et la présence d'entreprises françaises qui exploitent les ressources du continent pour les exporter et non pour le développement de l'Afrique.

 

C'est cette politique qu'il faut changer, la politique étrangère de la France doit impérativement viser de nouveaux buts – le développement et la lutte contRe les inégalités sociales et économiques, la solidarité et la coopération mutuellement profitable, le respect des souverainetés des États africains, l'appui à la construction ou la consolidation des puissances publiques.

 

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 19:07

Le 17 octobre 1961, dans les derniers mois de la guerre d’Algérie, 30.000 travailleurs algériens manifestent pacifiquement à Paris. Le Front de libération nationale, le FLN, a organisé cette mobilisation pour dénoncer le couvre-feu raciste instauré à l’encontre des Algériens vivant en région parisienne, pourtant officiellement considérés comme citoyens français par l’Etat colonial.

La manifestation est réprimée avec une violence inouïe. La police frappe, tabasse, roue de coups, tire. Elle jette des centaines de manifestants dans la Seine pour qu’ils se noient. Des milliers sont arrêtés, battus, sinon torturés plusieurs jours durant dans des centres de rétention. Selon les historiens, il y aurait eu entre 100 et 300 morts.

Le déchaînement policier a été minutieusement organisé.Il est directement le résultat de consignes précises de l’autorité, du préfet de police Maurice Papon, celui-là même qui, en tant que secrétaire général de la préfecture de la Gironde, aida à déporter les juifs de Bordeaux sous l’Occupation.

Les crimes des policiers du 17 octobre 1961 seront tous couverts. Les faits seront et sont encore étouffés aujourd’hui officiellement. Il ne s’agit de rien d’autre que d’un crime d’Etat, d’un crime de l’Etat impérialiste français, alors dirigé par de Gaulle.

Fin 1961, l’indépendance prochaine de l’Algérie ne fait plus de doutes. Mais, l’impérialisme français entend préserver les intérêts des compagnies françaises, son accès aux ressources naturelles, au pétrole, malgré la décolonisation. La guerre et la répression continuent afin de peser sur les négociations, en Algérie mais aussi en France. Le capitalisme français entend aussi continuer à exploiter au maximum les travailleurs immigrés algériens sur le sol français et ne peut supporter leur révolte et leur organisation.

Le racisme est intrinsèque au colonialisme, au capitalisme, à l’impérialisme. Ceux qui les combattent leur opposent l’unité des travailleurs.

Exigeons plus que jamais toute la vérité sur Charonne, toute la vérité sur le 17 octobre 1961 que les autorités continuent occulter ! Plus que jamais, 52 ans après, rendons hommage aux martyrs du 17 octobre 1961 qui luttèrent côte-à-côte jusqu’à la mort pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 18:48

 

Jusqu'à l'impressionnante intervention répressive de mardi dernier pour reprendre le contrôle de la place emblématique, occuper le Parc Gezi et la place Taksim constituait déjà une victoire pour le peuple turc qui pouvait enfin montrer au monde ce qu'il dénonce depuis des années.

Quand le premier ministre Erdogan a obtenu le soutien populaireen 2003, la Turquie était une société pétrifiée depuis le coup d'Etat militaire de 1980. Il a obtenu le soutien populaire pour réduire le pouvoir de l'armée et démocratiser la société. Aujourd'hui la déception et la colère sont grandes parmi le peuple Turc. Ces derniers mois, le gouvernement a multiplié les mesures marquées par un moralisme rétrograde : réforme de l'éducation favorisant la domination des établissements religieux, tentative de réduction du délai légal de l'IVG et limitation de l'accès à la pilule du lendemain, nouvelle limitation de la vente d'alcool. Les conditions de travail sont souvent dénoncées, comme la sécurité sur les chantiers et dans les mines, ainsi que les niveaux de salaire face à l'augmentation constante du coût de la vie. Le 1er mai, jour de la fête des travailleurs, le gouvernement avait déjà violemment réprimé le rassemblement sur cette même place Taksim. Remise en cause des libertés, de la laïcité, poursuite des journalistes, emprisonnement des avocats,... le régime « fasciste » fédère contre lui le peuple turc.

Le PCF condamne la violence du gouvernement Erdogan contre tous ceux qui s'opposent à sa politique, qui veulent préserver les acquis démocratiques et laïques, qui agissent pour le paix, la justice et les droits. Le PCF est engagé depuis plusieurs mois dans une action persévérante pour empêcher la ratification d'un accord policier et judiciaire avec la Turquie par le gouvernement de JM Ayrault. Il est impossible de le ratifier avec un pouvoir qui emprisonne et fait tirer sur son peuple. Le PCF exige le retrait immédiat de ce texte.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:20

Le Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e (CJPP5) organise aujourd'hui une table-ronde ouverte au public

Jeudi 30 Mai à 19h00


à La Maison fraternelle (37, rue Tournefort, Paris 5e) sur le thème :



"Palestine-Israël : Autres regards juifs"

avec la participation de

  • Pierre Stambul, mathématicien, enseignant, co-président de l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP),
  • Pascal Lederer, physicien,  Directeur honoraire au CNRS, co-animateur d'Une Autre Voix Juive (UAVJ),
  • David ElKaïm, membre du bureau de "Jcall",
  • Le débat sera conjointement modéré par Mme Christine Birnbaum, militante pour une paix juste et durable, et Pierre Saly, président du CJPP5.


    Entrée libre et gratuite (participation aux frais souhaitée)

    Métro : Censier-Daubenton, ou Place Monge,
    Bus : 27, 47
Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 17:07

 Le Parti communiste français exprime sa plus vive préoccupation à la suite  des violences qui ont eu lieu au Venezuela suite à la déclaration du candidat de l'opposition Henrique Capriles. Celui-ci a refusé de reconnaître les résultats de l'élection présidentielle du 14 avril dernier. Ces violences ont déjà fait sept morts, tous des militants du Parti socialiste uni du Venezuela. Des centres de santé et des magasins d’État d'alimentation ont été incendiés et des représentations du centre national électoral ont été attaquées ainsi que le domicile de la présidente de cet organisme.

 Ces actes font partie d'une campagne de déstabilisation lancée par l'opposition. Ils étaient prévisibles avant l'élection avec le refus de Henrique Capriles avec les autres candidats de s’engager à respecter les résultats. Les autorités vénézuéliennes avaient alerté il y a quelques jours de l’existence d'un plan pour créer un climat de violence et de la présence de militants d’extrême droite venus d'Amérique centrale pour prêter main forte pour ces opérations de déstabilisation.

 Ces actes prémédités cherchent à créer un climat de violence favorable à une nouvelle tentative de coup d’État comme celles déjà essayées par l'opposition en 2002. L'objectif de l'opposition est clair : renverser l'ordre constitutionnel.

 Le Parti communiste français condamne les agissements de l'opposition et affirme sa solidarité la plus déterminée avec le peuple vénézuélien qui vient de faire preuve d'un grand civisme lors de l'élection présidentielle. La France et l'Union Européenne doivent reconnaître la validité de cette élection et exprimer leur condamnation des attaques contre la démocratie en cours au Venezuela .

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 18:14

L’Ambassade de la République Bolivarienne du Venezuela,

 

vous invite au rassemblement de


Soutien à la Révolution Bolivarienne

et appel au respect de la démocratie au Venezuela


qui aura lieu devant la statue du Libertador Simon Bolivar,

 

le vendredi 19 avril à 18h00

(entre le cours de la Reine et le Pont Alexandre III dans le 8ème arrondissement de Paris,

métro Invalides ou Champs Elysées Clémenceau)

 

maduro_portada.jpg

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 20:16

En choisissant un président de droite pour succéder au président Christofias d'AKEL AKEL [Parti Progressiste des Travailleurs de Chypre, communiste], la majorité du peuple chypriote a cru qu'un compromis avec l'Union européenne serait plus facile à trouver. Le prêt de 17 milliards d'euros demandé pour "sauver" le système bancaire national s'est transformé en 10 milliards avec une compensation de 5,8 milliards d'euros obtenus par une ponction sur les comptes bancaires des déposants à Chypre. Ceci comprend à la fois les comptes Offshore d'étrangers mais aussi les comptes courant des Chypriotes. La taxe prévue était de 7 % pour tous les dépôts en dessous de 100 000 euros et de 10 % au-delà. Durant le week-end les étrangers ainsi que les "gros comptes" ont probablement déplacé les dépôts vers d'autres cieux bancaires plus cléments. Les petits déposants locaux n'avaient pas cette possibilité. Trois semaines après la victoire de la droite, soutenue par les socialistes chypriotes contre le candidat soutenu par le Parti communiste, cette mesure jamais débattue a été un choc pour le peuple qui s'est senti légitimement trahi.

Plutôt que de baisser directement les salaires, d'augmenter la TVA – des mesures pas nécessairement exclues et toujours discutées – le gouvernement chypriote, sous pression de la Troika (UE, BCE, FMI) avait donc décidé de franchir ce pas sans précédent depuis le début de la crise.

Mobilisation du peuple chypriote

En quelques heures, la colère s'est emparée du peuple chypriote : les banques chypriotes prises d'assaut par les petits épargnants, manifestations contre les banques, l'Union européenne et le gouvernement de droite. Les communistes chypriotes se sont exprimés clairement pour le rejet de cet accord inique et ont parlé de mesures « hargneuses et néo-coloniales ».

Après la mobilisation massive du peuple de l'île et le rejet unanime de ce plan, le président a proposé jeudi son « plan B » : il conserve en effet les mêmes objectifs et continue de se négocier sous le chantage des dirigeants de la BCE qui menacent de couper les vivres à Chypre. C'est insupportable.

Cette situation interpelle l'ensemble des pays membres sur l'état de la démocratie et le modèle de développement européen. Comment l'UE a-t-elle pu imaginer une seconde pouvoir imposer ainsi la spoliation aveugle des dépôts bancaires ? Et comment certains dirigeant de l'UE peuvent-ils, alors que leur proposition a été clairement battue, continuer de faire pression pour son application ?

La France doit rompre avec les soutiens aux chantages imposés aux peuples européens. Elle doit soutenir Chypre face aux rapaces qui n'hésiteront pas à vendre l'île pour les beaux yeux des marchés.

Dans une situation difficile, avec de réelles et inévitables contradictions, nous ne pouvons que soutenir la position de nos camarades communistes chypriotes et marquer notre solidarité avec le peuple chypriote.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article