Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

/ / /
Lettre ouverte de Geoffrey Bodenhausen, professeur de chimie à l'Ecole Normale Supérieure de Paris.


Dans son plaidoyer pour la sauvegarde du CNRS, Albert Fert, lauréat  Nobel de physique 2007, attire notre attention sur les dangers de  la disparition de ce grand établissement (propos recueillis par  Pierre Le Hir, Le Monde du jeudi 25 octobre.) Il s'insurge contre  "une réforme du système de recherche... dictée par des motivations  idéologiques". La préoccupation dirigiste de l'Etat n'est pas  nouvelle : dès 1774, Condorcet avait proposé de "donner à  l'Académie [des Sciences] de Paris la responsabilité de la  direction et de la coordination de toute la recherche scientifique  en France", ajoutant que "tout surcroît de travail serait assumé  par le secrétaire", c'est-à-dire par lui-même ! (E. Badinter et R.  Badinter, Condorcet, p.125). Ce grand homme a dû déchanter, comme  bien d'autres après lui. Car la recherche, la vraie, la bonne -  celle qui vient d'être couronnée par l'Académie de Stockholm en la  personne d'Albert Fert - échappe à toute volonté étatique.

Les grandes découvertes, surtout celles qui débouchent sur des  applications utiles, ne se font pas par décret. Tout au plus peut- on espérer créer un champ de force favorable à l'éclosion d'idées  nouvelles. Or, sur ce point, la France a frappé un grand coup par  l'invention du CNRS, structure unique au monde. Lors d'un séjour  récent de quelques mois à l'Université de Californie à Berkeley,  j'ai pu comparer les forces et les faiblesses du système américain  et du nôtre, celui dont on dit tant de mal et qu'on ne cesse de  réformer. Il est frappant qu'en France, les équipes de recherche  sont beaucoup plus stables, car leurs responsables - professeurs,  enseignants-chercheurs ou directeurs de recherche - sont entourés  de jeunes permanents employés par le CNRS : chargés de recherche et  ingénieurs, recrutés par des concours très compétitifs.  Contrairement aux maîtres de conférence, ces jeunes chercheurs du  CNRS ne sont écrasés ni par des charges d'enseignement, ni par une obligation de résultats immédiats, comme c'est le cas des jeunes  professeurs-assistants américains. La recherche française est ainsi  servie par des chercheurs dont la position unique leur permet de  jouir d'un équilibre judicieux entre liberté et contrainte, de  faire des percées dans un domaine qu'ils ont choisi, et pour lequel  ils sont fort bien formés, même s'ils ne sont qu'assez chichement  rémunérés. Il est vrai que leurs perspectives de carrière sont  moins attrayantes que celles des grands patrons américains. Mais la  sécurité de leur emploi leur permet de se consacrer à un travail de  fond, tout de rigueur et de fiabilité, sans excès publicitaire.  Nous avons ici en France des conditions qui font rêver nos  collègues américains.

Certains pensent que l'Agence Nationale de la Recherche (ANR)  pourra prendre un jour la relève du CNRS. Mais les premiers  balbutiements de l'ANR sont assez inquiétants : on n'est guère  rassuré par le manque d'expérience de ses responsables, la pesanteur administrative derrière laquelle ils se réfugient, et leur zèle à réinventer la roue en ignorant les modèles étrangers.  Il ne suffit pas, comme le fait l'ANR, d'injecter des moyens au coup par coup, dans quelques projets choisis. Il faut assurer la  continuité et la stabilité des équipes, l'encadrement des jeunes, et la relève de leurs dirigeants. Tout cela relève d'une dynamique  subtile, qu'on ne saurait décréter d'en haut (top down), mais qui  exige une écoute attentive des besoins des laboratoires (bottom  up). Le Comité National du CNRS a su, tant bien que mal, assumer  cette fonction depuis des décennies.

Une agence de moyens telle que l'ANR ne peut financer efficacement des recherches que si celles-ci sont menées dans des établissements  structurés à cette fin. Or les universités françaises sont dans un  tel état de délabrement institutionnel et moral qu'on voit mal à  quoi servirait d'insuffler des fonds dans un grand corps malade.  Actuellement, les subsides de l'ANR sont versés à des équipes  regroupées dans des 'structures associées' que le CNRS entretient  au sein des universités, structures responsables de leur politique  scientifique. Si ces structures associant CNRS et universités  disparaissaient, comment les équipes de recherche désormais  strictement universitaires seraient-elles à même de faire  fructifier les fonds de l'ANR ?

Les grandes découvertes ne viennent plus aujourd'hui d'un cerveau  génial inspiré dans sa tour d'ivoire. Elles nécessitent un terreau  qui peut, certes, contenir quelques mauvaises herbes, mais qui  permet la floraison de belles plantes. Un tel terreau existe aux  USA dont les universités sont parfaitement adaptées pour recevoir  les fonds de la National Science Foundation (NSF), des National  Institutes of Health (NIH), du Department of Energy (DOE), et d'autres agences de moyens. En France, ce sont les équipes de  recherche associées au CNRS qui jouent ce rôle de capteurs de fonds. Faire disparaître le CNRS reviendrait à vouloir faire de  l'agriculture hors sol. Les produits de celle-ci, on le sait, sont  insipides. En revanche une réforme concertée des trois piliers de  la recherche française, CNRS, Université et ANR est la seule  manière de donner un sens à l'ANR dont les perversions déjà  visibles proviennent en partie de la faiblesse des établissements qu'elle a pour mission de soutenir.

La recherche américaine ne souffre pas de ces maux, mais elle en a d'autres. Les professeurs sont triés sur le volet, sélectionnés par  le parcours inhumain du tenure track. Les plus créatifs, les plus  productifs, les plus éloquents se trouvent concentrés dans une poignée d'universités d'élite telles que celle de Berkeley où je  viens de passer quatre mois, laissant leur vaste pays dans un état de friche intellectuelle inquiétant. Cependant, ces grands  professeurs doivent former des étudiants   undergraduate qui sortent d'écoles secondaires souvent médiocres. Rien de semblable au  secondaire français, et en particulier aux classes préparatoires.  Quant aux étudiants graduate qui préparent une thèse, il leur manque à peu près tout d'une vraie culture scientifique. Par comparaison, il n'y a aucun doute que l'université française  (notamment celle de Paris-6 où j'enseigne depuis dix ans) est  favorisée par le niveau de ses thésards. D'où vient cette qualité ? Sans doute le lycée y est pour beaucoup, et les cours de licence et  de master ne sont pas aussi mauvais qu'on ne le dit. Mais on ne  saurait sous-estimer l'importance de l'encadrement des thésards. Or celui-ci est souvent assumé par des équipes de recherche dans  lesquelles les chercheurs du CNRS jouent un rôle essentiel. Si aux  Etats-Unis, il y a un fossé intellectuel considérable entre les  professeurs et leurs thésards, en France, en revanche, ce rôle-charnière est souvent tenu par des chercheurs du CNRS, directement  intéressés par l'encadrement des jeunes thésards, pour le plus  grand bénéfice des uns et des autres, et surtout de la qualité de  la recherche. Sommes-nous bien sûrs qu'il est utile de démanteler ce système ?


Geoffrey Bodenhausen
Professeur de chimie à l'Ecole Normale Supérieure de Paris

Partager cette page

Repost 0
Published by