Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 17:31
propre_balayeur.jpg
Avec plus de 40 000 employés titulaires et de très nombreux contractuels, la Ville de Paris n’est pas seulement une instance de décision politique. C’est aussi un employeur très important. Et une municipalité de gauche se doit d’être un employeur exemplaire.

Ils font la Ville

Ils sont secrétaires, ingénieurs, techniciens, architectes, ouvriers. Ils travaillent dans les crèches, les jardins publics et les bibliothèques. Ils sont infirmiers, médecins, psychologues, animateurs sportifs, agents de surveillance… Ils aménagent la ville, s’occupent de vos enfants, leur enseignent la danse ou la musique, gardent les rues propres, entretiennent les écoles, animent la vie du quartier. De leurs conditions de travail, dépend la qualité de vie de l’ensemble des Parisiens. Dans l’intérêt de la Ville, dans notre intérêt, la municipalité se doit de leur assurer les meilleures conditions de travail. C’est une exigence que défendront les élus communistes au sein d’une municipalité de gauche.

Pour la qualité du service public :
développer l’emploi, lutter contre la précarité

La première mission d’une municipalité de gauche est de développer l’emploi et de lutter contre la précarité : mettre en place des services publics 100% publics, assurés par des agents municipaux bénéficiant d’un statut de fonctionnaire.

Les communistes chercheront à construire un grand service public municipal en luttant contre les bas salaires, les temps partiels imposés, la précarité. Comment penser que les services publics peuvent être aussi bien accomplis par des salariés du privé, souvent précaires, que par des fonctionnaires, attachés à la Ville et bénéficiant de la sécurité nécessaire pour s’investir dans leur travail ?
Pour cette raison, nous pensons que la mairie doit saisir toutes les occasions de ramener dans le domaine public les activités qui peuvent être assurées par des agents municipaux : ramassage des ordures, service public de l’eau… Pour la même raison, nous voulons travailler à résorber la précarité parmi les employés de la Ville de Paris. Dans certains services, on trouve jusqu’à un tiers d’employés contractuels, qui ne bénéficient pas du statut de fonctionnaire. Ces employés doivent être progressivement intégrés à la fonction publique.

Se loger à Paris

La précarité nuit à la qualité du service public. Elle est aussi à l’origine de situations inacceptables de grande détresse : victimes de bas salaires, de contrats à durée déterminée ou de temps partiels imposés, certains agents de la Ville, n’arrivant pas à se loger, et doivent dormir dans leur voiture  !
Quant à ceux qui peuvent se loger, de longs trajets les attendent pour se rendre sur leur lieu de travail : eux qui font la ville n’ont pas les moyens d’y vivre ! Et lorsqu’ils commencent trop tôt pour emprunter le premier métro, c’est toute une part de leur salaire qui est engloutie par les contraventions, faute de places réservées de stationnement.

La municipalité de gauche a commencé à mettre en place des réponses à ces problèmes : un sixième des logements sociaux parisiens est réservé aux personnels de la Ville. Mais ce n’est pas suffisant ! Pour eux comme pour tous les habitants et les travailleurs de Paris, la priorité doit maintenant être la production de logements sociaux, particulièrement de logements destinés aux familles, encore trop peu nombreux à Paris. À cela doit s’ajouter une politique globale de mobilité pour les agents de la Ville, avec des places de stationnement réservées pour ceux qui ne peuvent pas utiliser les transports en commun.

Vers l’égalité entre hommes et femmes

La municipalité devra travailler à créer les conditions d’une véritable égalité entre hommes et femmes parmi les agents de la Ville. La question des modalités de garde des jeunes enfants des agents y est essentielle. Le Chèque Emploi Service mis en place par la municipalité de gauche aide les agents à financer la garde de leurs enfants. La création de places en crèches réservées en priorité aux agents de la Ville pourrait être la prochaine étape de cette politique. C’est la volonté des communistes.

Au sein d’une majorité de gauche, les élus communistes seront tout particulièrement attentifs aux conditions de travail des employés municipaux. Un élu communiste à la mairie du 5e, c’est un interlocuteur pour les agents municipaux, et un point d’appui pour leurs luttes.
Partager cet article
Repost0

commentaires