Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 19:30

Une autre politique à gauche est possible

Nous voulions le changement, nous avons eu l’austérité !

Nous voulions l’abrogation de la loi HPST, nous avons toujours Claude Evin et les ARS !

Nous voulions des hôpitaux 100 % publics de plein exercice et des centres de santé pour répondre aux besoins des populations, nous avons la fermeture des urgences à l’Hôtel Dieu, celle programmée d’A.Chenevier, de Saint-Antoine, de Bichat et Beaujon… ou la maternité des Lilas ou des Bluets…

Nous voulions le remboursement à 100% par la Sécurité sociale, nous avons l’aggravation des dépassements d’honoraires.

La politique d’austérité, adossée aux effets dramatiques de la loi HPST, déstructure l’offre publique hospitalière, détricote le tissu sanitaire et médico-social de proximité, aggrave le renoncement aux soins avec :

  • l’augmentation des forfaits et autres restes à charge, les franchises médicales, les déremboursements et les dépassements des honoraires médicaux

  • la dégradation des équipements et des conditions de travail

  • la casse des emplois.

Les solutions

Le niveau des richesses nationales et la nature des besoins à satisfaire sont sans commune mesure. L’argent existe pour réorienter les moyens nécessaires à la refondation d’un système de protection sociale universelle et solidaire. Une refonte du financement branchée sur le développement de l'emploi et des salaires est nécessaire :

  • 30 milliards d’exonérations des cotisations patronales, pesant de presque autant sur la dette de l’état

  • 1 milliard de non-déclaration des maladies et accidents liés au travail

  • 172 milliards de niches fiscales et sociales

  • 20 milliards de fraudes patronales…

  • 75 milliards avec la mise place d’une cotisation sociale sur les revenus financiers des entreprises.

  • Développement des cotisations sociales, notamment patronales avec modulation des taux de cotisations en fonction du développement de l'emploi et des salaires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires