Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 22:28

 

L'avenir du quartier mérite un débat démocratique !


La droite a porté des coups sévères à l'Université et la Recherche. Ils ont appliqué la politique libérale européenne. Avec la LRU, ils ont réduit le CNRS à une agence de moyens ; condamné les universités à la faillite au nom d'une soi-disante autonomie, réduite à l'autonomie de la misère lorsque les fonds sont coupés ; court-circuité les instances démocratiques. Ils ont généralisé la recherche sur projet finalisé à court terme, avec explosion de la précarité des jeunes scientifiques. Pourquoi ce saccage ? Pour plaire au MEDEF ! Les grandes entreprises économisent sur leurs frais de recherche et de formation, elles veulent que le secteur public travaille pour elles.


Le gouvernement actuel, et la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche poursuit aujourd’hui la même politique, reprenant à son compte les dogmes de la droite et du patronat. Le PCF dénonce et combat cette orientation catastrophique. Les députés communistes ont notamment voté contre la loi Fiorasso qui n'opérait aucune véritable rupture avec la LRU de Pécresse et Sarkozy.

 


Le dernier avatar de cette cuisine a frappé le 18 octobre à Censier. Invoquant le très réel danger dû à l'amiante, Mme Fioraso émet un oukase : Paris 3 déménagera à Picpus en 2018 ! Personne, ni à l'université, ni dans l'arrondissement n'a été en mesure de débattre des raisons de ce déménagement définitif. On nous dit que le retour de Paris 3 serait plus cher qu'un déménagement à Picpus. Où sont les preuves, les chiffres, les budgets ? On se félicite qu'une décision soit enfin prise pour un problème qui traîne depuis dix ans... Certes, mais depuis mai 2012, n'y avait-il pas le temps de consulter les structures démocratiques, d'organiser un débat avec les associations, les syndicats, les élus de l'arrondissement ? Faut-il rappeler que les solutions trouvées dans les dernières années pour reloger Censier à Jussieu ou à Poliveau ont été systématiquement enterrées ?


Un vœu déposé par le PS au Conseil d'arrondissement du 5ème souhaite « un grand projet d'intérêt général autour de l'Enseignement Supérieur de la recherche, de la vie étudiante, du logement » et y mêle l'invocation à « l'innovation ». Mais on sait ce que signifie l' « innovation » dans la bouche des dirigeants actuels : c'est le financement par les budgets publics du transfert des connaissances dans des applications rentables pour les entreprises qui préfèrent aujourd'hui investir leurs profits dans la finance.


Et si la Mairie a les moyens de rebâtir Censier, pourquoi ne pas y réinstaller l’université Paris 3 après les travaux ?


Les communistes demandent que les éléments du débat soient mis à la disposition de tous. Ils veulent contribuer au débat avec les populations, les étudiants et les enseignants-chercheurs concernés Ils souhaitent, dans l'intérêt de l'efficacité intellectuelle, du tissu universitaire cohérent qui existe encore au Quartier Latin, que l'éventualité soit envisagée du retour de Paris 3 sur Censier, après déménagement dans des locaux provisoires et reconstruction du site. L’université a besoin du Quartier latin et le Quartier latin a besoin de l’université.

Les communistes du 5ème arrondissement veulent que la droite revancharde soit battue, que Paris soit aux avant-postes d’une réorientation de gauche des choix politiques ; ils veulent peser pour une véritable politique de gauche aux municipales, une politique anti-austérité. Les électeurs du 5ème peuvent faire confiance aux communistes pour défendre demain, dans les arrondissements et au Conseil de Paris, une politique pleinement démocratique qui s'appuie sur les aspirations que nos concitoyens expriment.

Partager cet article

Repost 0

commentaires