Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 19:26


Depuis jeudi dernier, les éboueurs de la capitale sont entrés en guerre contre la privatisation en marche du ramassage des ordures.
Vendredi, 50% des éboueurs et des conducteurs étaient en grève : ils ont déversé des papiers, journaux et bouteilles sur le parvis de l’Hôtel de Ville, qu’ils avaient encerclé avec des camions-poubelles. Ils ont décidé de maintenir 55 minutes d’arrêt de travail par jour jusqu’à l’aboutissement des négociations avec la Mairie de Paris. Un préavis de grève reconductible a également été déposé pour le 7 juillet, date où le projet de réorganisation sera présenté au Conseil de Paris : si la proposition est adoptée, dès juillet 2009, la collecte sera privatisée dans douze des vingt arrondissements, contre huit actuellement. Le 3e, le 9e, le 16e et le 19e arrondissement sont ainsi en passe d’être privatisés.

La Ville de Paris est face à un choix.
Elle peut investir l’argent nécessaire au bon fonctionnement du service public de ramassage des ordures, recruter de nouveaux agents, et leur donner les moyens de faire bien leur travail. Ou bien elle peut décider de payer des entreprises privées pour faire le même travail. Avec toutes les conséquences que cela entraîne : dégradation des conditions de travail, et donc du service rendu à la collectivité, mais aussi gaspillage. Les éboueurs dénoncent une « volonté politique de ne pas embaucher et de ne pas vouloir donner les moyens pour un service public de qualité. [...] Pourtant, l’argent existe : ces nouveaux marchés vont coûter des millions d'euros, dont une partie n’ira jamais à la propreté puisqu’elle sera versée aux actionnaires ».

Le choix de la privatisation va contre l’intérêt des travailleurs, mais aussi contre l’intérêt des Parisiens. Bertrand Delanoë l’a dit : « je suis libéral et socialiste ». En cherchant à privatiser le ramassage des ordures dans de nouveaux arrondissements, il offre un marché nouveau aux entreprises privées, et sacrifie l’intérêt de la population. Mais nous ne nous laisserons pas faire : Parisiens, usagers des services publics municipaux, nous devons soutenir les éboueurs en lutte et forcer notre maire à retirer son projet !

Les éboueurs ne sont pas isolés.
Le projet de privatisation de Delanoë participe de l’attaque généralisée dont tous les services publics sont victimes : moins d’argent pour l’école et pour les hôpitaux, privatisation de l’énergie, dégradation des conditions de travail dans les transports…

Mais si la gauche ne défend pas les services publics, qui le fera ? Ou plutôt, si Delanoë attaque lui aussi les services publics, comment peut-il encore se dire de gauche ? L’activité efficace de Services publics est pourtant indispensable au développement économique, social et culturel. Face à la montée des inégalités, les services publics sont garants de l’exercice effectif des droits. L’intérêt général a besoin de personnels dont la qualification soit reconnue, présents sur tout le territoire et non de salariés interchangeables et corvéables à merci ; de solidarité et non de concurrence ; de stabilité et non de précarité. Toutes choses que le statut des fonctionnaires contribue à réaliser. Voilà pourquoi la lutte des éboueurs est exemplaire.

Les élus communistes de la Ville de Paris voteront contre la proposition de privatisation. Le PCF est fermement engagé au côté des salariés en grève : contre le projet de privatisation, mais aussi pour la remunicipalisation du ramassage des ordures dans tous les arrondissements.
Partager cet article
Repost0

commentaires