Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 19:15
jean_tiberi.jpg
Jean Tiberi est maire du 5e arrondissement depuis 1983. Après avoir un moment laissé croire qu’il terminait son dernier mandat, le voilà à nouveau candidat à sa propre succession. Et qui place-t-il en n°3, comme successeur potentiel : Dominique Tiberi, son propre fils !

Il y a plus d’une raison d’en finir avec l’ère Tiberi. D’abord, il ne faut pas oublier que Tiberi est le candidat de l’UMP, soutenu par Nicolas Sarkozy. Son programme est celui de la droite : réduction du service public au minimum, ségrégation urbaine… Sa politique a fait du 5e arrondissement un ghetto de riches, dans lequel habiter, faire ses courses ou avoir une activité culturelle est devenu hors de prix.

Mais Jean Tiberi, ce n’est pas seulement cela. C’est aussi l’incarnation d’une certaine manière de la politique, mafieuse et clientéliste. Jean Tiberi est dans le 5e arrondissement comme un grand seigneur dans son fief : il distribue les cadeaux aux amis et aux « compagnons » de l’UMP,… jusqu’à vouloir donner le 5e arrondissement à son fils, comme un héritage !

Il oublie qu’il n’est là que par la volonté du peuple. Que le logement social, financé avec l’argent des contribuables, n’a pas pour fonction de récompenser ses amis ou de lui permettre de se constituer une clientèle. Que les électeurs du 5e arrondissement pourraient bien, un jour, et pourquoi pas aux prochaines élections, vouloir reprendre le pouvoir sur ce qui leur appartient. Et que les faux électeurs, qui lui valent encore d’être mis en examen par la justice, ne pourront peut-être pas toujours le sauver.

Choisissons une autre façon de faire de la politique ! Remplaçons le clientélisme par une démocratie participative, ou chaque habitant de l’arrondissement prendrait sa part de pouvoir et de responsabilités dans les décisions. Un élu communiste, c’est la garantie de voir s’installer d’autres pratiques politiques fondées sur la démocratie, le pouvoir des habitants et des travailleurs de l’arrondissement.

Partager cet article
Repost0

commentaires