Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 09:33

La loi Accès au Logement et à l'Urbanisme Rénové (ALUR), dite Loi « Duflot », contient des avancées et un certain nombre de ruptures avec la politique menée par la droite durant le quinquennat précédent. La Garantie Universelle des Loyers (GUL), dispositif de garantie pour les foyers en difficulté face à la charge financière que constitue les dépenses de loyer et assurant au bailleur d'être payé. La loi facilite par ailleurs l'accès aux ressources foncières pour les bailleurs sociaux.

Cependant, alors que la crise économique et financière touche de plein fouet le secteur locatif et a fortiori le logement social, il est nécessaire et possible d'aller plus loin. Contrairement à ce qui se passe dans la capitale, les constructions de logements sociaux sont à la traîne sur l'ensemble du territoire nationale (345 000 logements construits sur les 500 000 prévus en 2012, rien n'indique pour 2013 une amélioration). Le moratoire sur le prix des loyers est resté lettre morte alors que les loyers ont augmenté de plus de 50 % dans de nombreuses villes, dont Paris. Plus grave encore les Aides Pour le Logement (APL) cruciales pour plus de 6.5 millions de ménages dont 50 % sous le seuil de pauvreté, vont être gelées en 2014 ce qui va entraîner une aggravation du mal logement qui touche déjà plus de 3.5 millions de ménages.

Il faut agir d'urgence : les communistes réclament avant tout un moratoire des loyers et une revalorisation des APL (comme de tous les minimas sociaux et des bas salaires !). Au- delà, il est temps de remettre sur pied le Prêt à Taux Zéro, outil essentiel pour l'accession à la propriété des locataires qui libéreront ainsi un logement social au profit des plus modestes et des plus mal logés. A Paris, particulièrement, on peut libérer de nombreux logements en rendant dissuasifs la possession d'une résidence secondaire de luxe dans la capitale ou la location saisonnière. Les communistes proposent à Paris d'augmenter la taxe sur les logements vacants de manière significative.

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 10:52

L'objectif de la participation communiste à la liste réunissant les principales forces de la gauche parisienne conduites par Anne Hidalgo (PS) et Ian Brossat (PCF) est d'empêcher la droite de reprendre Paris, de faire de Paris un pôle de résistances à la politique d’austérité en mettant en application des mesures de gauche, en particulier pour les services publics, le logement , la santé, l'eau et l'alimentation. Pour cela, le PCF, membre du Front de Gauche, prend appui sur les éléments de programme municipal faisant l'objet d'un accord signé avec le PS et défend son propre programme « Paris pour tout-e-s : une ville pour l'Humain d'abord ! ». Dans ces conditions les communistes du 5ème arrondissement appellent les électrices et électeurs à voter massivement dès le premier tour des municipales pour la liste d’union conduite par Marie-Christine Lemardeley. Ce vote n’est aucunement un vote de soutien à la politique menée par Hollande-Ayrault. Il peut contribuer de façon décisive à la victoire à Paris et en particulier à une victoire dans le Ve, portant enfin la gauche à la mairie du Ve en battant la droite locale. Le programme du PCF pour Paris : Paris pour tou-te-s en vente auprès des militants à 3 € !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 14:06

Les Parisiens victimes de la bulle immobilière : rendre Paris moins cher


Rendre notre ville accessible, cela suppose agir sur la première source de dépense des Parisiens, celle qui a le plus augmenté ces dernières années : le logement. Depuis 2001, les efforts ont été conséquents. Mais dans le même temps, les ravages de la spéculation immobilière ont atteint des sommets.


Les démarches constantes des élus communistes et du Front de Gauche à Paris n’ont de sens que si nous les amplifions. C’est pourquoi, nous voulons mettre en œuvre un véritable plan de bataille contre la spéculation immobilière : il faut lui briser les reins, casser cette spirale. Il n'y a pas de place, dans une telle perspective, pour la demi-mesure. On ne fera pas fondre la bulle immobilière sous un filet d'eau tiède. Ce que nous proposons, c'est une mobilisation tous azimuts, en prenant exemple sur des expériences déjà en cours dans d’autres communes et qui ont été couronnées de succès. Ce qui est possible à Saint-Ouen ou Bagneux doit être possible à Paris. Il convient pour cela d'agir sur tous les leviers.

Le logement social, évidemment : le seuil des 20% fixé par la loi SRU ne doit pas être un maximum, mais un seuil. Il a vocation à être très largement dépassé. Nous ambitionnons 30 % de logement social en 2030. Un chiffre qui correspondrait bien davantage à la situation inédite et exceptionnelle que vit Paris aujourd’hui. Amsterdam en a encore davantage – pourquoi serions-nous plus timides ? Les Parisiens souffrent d’une pénurie de logements abordables autrement plus considérable. Dans le 5earrondissement, nous stagnons encore à moins de 8 % de logement social.

Mais la mobilisation contre la spéculation concerne aussi le secteur privé, ce qui suppose franchir un pas considérable : il est temps d'agir efficacement sur les prix de l'immobilier.Dans notre quartier le prix du m² a bondi en une dizaine d'années de 179 % ! Il n'est pas supportable, pas acceptable que dans notre ville des appartements neufs soient mis en vente à 13 000, 14 000 ou 15 000 euros du mètre carré.

Comme dans plusieurs villes de banlieue, nous proposons une Charte Promoteurs qui consiste à ne délivrer un permis de construire aux promoteurs que lorsque leur projet immobilier inclut un taux suffisamment élevé de logements sociaux, à loyers réduits pour limiter les prix. En matière de location par ailleurs, la régulation des loyers doit aller bien au-delà des mesures prises par la Ministre du Logement dont tout le monde s'accorde à dire qu'elles ne sont pas au niveau et qu'elles peuvent même engendrer des effets pervers : non seulement le plafond fixé par la loi ne réduira les loyers qu'à la marge, mais il pourrait surtout conduire à une augmentation des prix dans certains cas.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 22:23

meetingmunicipales.jpg

Partager cet article
Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 19:10

Un débat sur les services publics à Paris a réuni les différentes composantes de la gauche parisienne (PS, EELV, Front de Gauche-PCF, PRG). Tous les représentants ont affirmé leur volonté d'offrir aux Parisiens un service public de qualité. Le secrétaire du PCF et sénateur de Paris, Pierre Laurent, a souligné qu'une municipalité de gauche doit se juger à la fin de sa mandature en terme de progrès des services publics. A ce titre, la municipalisation de la distribution de l'eau à Paris en 2010 est une vraie avancée. Notre bataille est désormais la remunicipalisation totale du circuit de collecte des déchets dans tous les arrondissements.

Les égoutiers (dont l'espérance de vie est de 17 ans inférieure à la moyenne des Parisiens !) ont alarmé sur la baisse constante de leur effectif, alors que le réseau des égouts, lui, ne décroît pas. Comme dans de nombreux services leurs conditions de travail sont déplorables. Ian Brossat (PCF) a insisté sur ce point : il ne suffit pas, par exemple, de proposer des extensions d'horaires de métro, mais il faut par d'ailleurs s'assurer que les emplois sont là pour assurer le service.

Loin des visées politiciennes et des ambitions personnelles, les communistes veulent mener, à l'occasion des municipales de l'année prochaine, un débat sur ce qui compte vraiment pour les Parisiens : le logement, les services publics municipaux, la santé...

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 01:07

Après l'échec de l'élection surmédiatisée du président de l'UMP en novembre, la droite s'est encore illustrée par son désintérêt total pour les problèmes des français, et à l'occasion des primaires pour la mairie de Paris.
Sans surprise, la favorite Nathalie Kosciusco-Morizet a été choisie. Mais la participation a été très faible (20074 Parisiens : il en fallait plus du double pour ne serait-ce que rembourser cette opération de com')... L'affaire a failli tourner au ridicule quand, quelques heures seulement après l'ouverture du scrutin électronique, il a été fait la preuve qu'il était possible de voter plusieurs fois.
Pendant les semaines que durait cette campagne, on a pu mesurer la pauvreté du niveau des différents candidats, et leur profond dédain pour les attentes des Parisiens, notamment les plus populaires. Parmi les propositions des candidats citons  : freiner la construction des logements sociaux à loyers modérés, installer 50 000 caméras de surveillance supplémentaires, généraliser le travail le dimanche, non remplacement des employés de la mairie de Paris…
A un an des municipales, l'heure n'est donc pour l'UMP ni à l'écoute des besoins et des attentes des Parisiens, ni à la proposition de mesures concrètes pour améliorer leur vie quotidienne mais, comme toujours, au carriérisme et aux querelles personnelles.

Partager cet article
Repost0