Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 08:45

Travailleurs de Russie, de Géorgie et d'Abkhazie, ensemble contre la guerre. Moscou, 1er mai 2008.

Le conflit géorgien constitue une nouvelle phase du bras de fer que se livrent Russes et Américains dans la région depuis plus de quinze ans pour le contrôle des hydrocarbures.
Les États-Unis ont entrepris un effort considérable pour s’implanter dans toutes les ex-républiques soviétiques, régions d’intense transit commercial, riches en ressources naturelles. Le Kremlin est soucieux d’éviter un démantèlement de la Fédération de Russie après celui de l’URSS.

Ces frictions se sont exacerbées car les dirigeants russes se montrent déterminés à restaurer une puissance russe conforme au capitalisme national en pleine expansion.

Le forcing américain pour s’implanter sur tout le flanc sud de la Fédération de Russie vise à la fois à contenir les puissances russe et chinoise et à contrôler une région très riche en hydrocarbures. Washington est parvenu dès le tournant de l’an 2000 à installer tout un réseau de bases militaires dans le Tadjikistan, le Kirghizistan ou l’Ouzbékistan, tissant des relations privilégiées avec des potentats locaux souvent bien peu soucieux des droits de l’homme, si fortement invoqués en d’autres situations. Le conflit géorgien illustre cette montée des antagonismes et sans doute un certain rééquilibrage des rapports de forces entre les deux empires. Il est d’autant plus dangereux pour la paix de la région et de la planète que les deux protagonistes n’hésitent pas à instrumentaliser des aspirations nationalistes ou sécessionnistes pour parvenir à leurs fins. Ce sont les peuples qui habitent le pays, qu’ils soient géorgiens, ossètes ou abkhazes, qui constituent donc aujourd’hui les principales victimes de cet affrontement des empires.

Sur la question du contrôle des ressources d’hydrocarbures, devenue évidemment encore plus sensible depuis l’explosion des cours et la conviction qu’à moyen terme s’annonce une pénurie de cette matière première, la Géorgie joue un rôle décisif. Le rattachement du pays au « bloc occidental » constitue en effet le moyen d’assurer un transit du gaz et du brut de la mer Caspienne directement vers les marchés occidentaux.

Une conception des rapports internationaux qui remonte au XIXe siècle et semble y être restée.
Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 23:31
Irlande : la stratégie de l’Europe du capital
mise en échec grâce à la volonté populaire




Le peuple irlandais, le seul de l’Union Européenne à avoir été consulté, a rejeté le Traité de Lisbonne à presque 54% des suffrages exprimés (avec une participation tournant autour de 50% des électeurs, soit 15 points de plus que lors du référendum de 2001). Ce traité était une copie quasi-conforme de la Constitution européenne déjà repoussée par les peuples français et néerlandais en 2005. La mobilisation massive des pouvoirs médiatiques et politiques en faveur du « oui » n’a pu triompher de l’hostilité populaire envers une Europe dont la nature capitaliste et les projets régressifs apparaissent désormais très clairement. Comme en France trois ans plus tôt, la classe dominante expliquait à longueur de journal que voter non était l’expression, au mieux, d’une peur irraisonnée et, au pire, d’un nationalisme nauséabond.

Qu’en est-il en réalité ? Le détail des résultats du référendum nous apprend que le vote « non » est le plus fort dans les quartiers ouvriers de Dublin (avec des pointes à 65% dans le sud-ouest) et dans les zones rurales. Reproduisant un phénomène déjà observé en France, le refus des nouveaux traités européens est un vote de classe.

Bien des analystes se lamentaient déjà la semaine dernière dans les colonnes du Monde, de Libération ou du Figaro sur l’ingratitude du peuple irlandais qui aurait, plus que d’autres, bénéficié de l’intégration économique européenne. De fait, la masse des Irlandais n’ont pas profité d’une croissance nationale soutenue depuis plusieurs années. Le niveau atteint par les loyers et les prix des produits de consommation ont tôt fait de rogner les hausses de salaires parcimonieusement consenties par le patronat. Dès lors, il n’est pas étonnant que ce peuple se soit reconnu dans les arguments du Sinn Fein, une des forces politiques les plus importantes défendant le non, qui dénonçait « la création d’un super-État antidémocratique, une militarisation croissante, l’érosion de la neutralité [défendue par la république irlandaise depuis sa fondation], la privatisation des services publics et un capitalisme sans entraves ».

Depuis plusieurs années, toutes les consultations directes des peuples d’Europe aboutissent au même résultat : le rejet des projets et des politiques portées par l’UE. Il s’avère donc que l’exercice normal de la démocratie est devenu incompatible avec les exigences de la « construction » européenne. C’est ce qu’ont bien compris l’UMP, le Modem/UDF et la majorité du PS qui ont permis ensemble la ratification du traité de Lisbonne à Versailles le 4 février dernier. Face à cette remise en cause gravissime des principes démocratiques les plus fondamentaux , seul le PCF continue inlassablement à défendre la souveraineté populaire.
Partager cet article
Repost0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:49
Une rapide réaction de Pierre Laroche à la situation en Chine et à la décision de la mairie de Paris de faire du Dalaï-Lama un citoyen d'honneur de la ville...



La question des droits civiques a motivé une protestation du Conseil municipal de Paris. Les élus communistes se sont abstenus, avec une argumentation un peu faible uniquement fondée sur la défense de la laïcité. Mais rien sur les violences exercées à Lhassa à la mi-mars contre des commerçants chinois, rien sur celles dont ont été victimes à Paris des athlètes chinois, rien sur le fait que la CIA finance le « gouvernement tibétain en exil », expression politique d’une nostalgie pour un régime féodal, esclavagiste, misogyne et théocratique.

Les actions organisées dans le monde contre la Chine, en particulier à l’initiative de RSF et de Robert Ménard, ont amené en réaction des protestations contre la France et ses entreprises installées en Chine (Carrefour).  Il ne s’agit pas de cautionner le recours à la peine de mort ou les entraves à la démocratie, encore qu’il faudrait que les donneurs de leçons, y compris en France, en Gde Bretagne et aux Etats-Unis regardent un peu  chez eux et veuillent bien admettre que les Chinois ont des traditions politiques et idéologiques, culturelles, qui rendent impossible le passage sans transition à la liberté individuelle telle que l’Europe occidentale l’élabore laborieusement sans l’appliquer totalement depuis près de 3 siècles.

La Chine a fait la preuve qu’elle est capable non seulement de donner du travail et de la nourriture à la plus grande partie de sa population sortie il y a à peine plus d’un demi-siècle d’une situation arriérée, largement entretenue par deux siècles de colonialisme et de guerres, mais aussi d’organiser cette rencontre  pacifique mondiale que sont les JO. Elle est aussi capable d’ouvrir des discussions avec les représentants du Dalaï Lama. Et de faire face à des cataclysmes naturels.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 10:37



Samedi dernier, à Ljubljana (Slovénie) un mélange de couleurs, de langues et de drapeaux des quatre coins de l’Europe était venu dénoncer l’explosion des inégalités en Europe. A l’appel de la confédération des syndicats européens, des dizaines de milliers de manifestants de chacun des 29 pays européens étaient venues manifester pour l’élévation du pouvoir d’achat, de meilleures conditions de travail, et la reconnaissance, partout en Europe, du droit syndical. Pendant ce temps, toujours à Ljubljana, les ministres des finances réitéraient leur appel à la « modération salariale »…si l’Europe sociale ne peut pas se construire dans les urnes, elle se construira dans les luttes !
Partager cet article
Repost0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 10:00


Une campagne indécente de démonisation
de la République Populaire de Chine est en cours.

 
« Interdisez les Jeux aux chinois et aux chiens »
 
Une campagne indécente de démonisation de la République Populaire de Chine est en cours. Ce sont les gouvernements et les organes de presse qui la pilotent et qui l’orchestrent, eux qui approuvent des deux mains le martyre interminable du peuple palestinien et sont toujours prêts à déchaîner et approuver des guerres préventives comme celle qui, en Irak, a déjà fait des centaines de milliers de morts et des millions de réfugiés.
 
On agite le drapeau de l’indépendance (parfois masquée sous le terme d’ « autonomie ») du Tibet, mais si cet objectif venait à être atteint, c’est alors que le même mot d’ordre serait lancé également pour le Grand Tibet (une région trois fois plus grande que le Tibet proprement dit) et ensuite pour le Xinjiang, pour la Mongolie intérieure, pour la Mandchourie et pour d’autres régions encore. La réalité est que, dans son projet dément de domination mondiale, l’impérialisme vise à démembrer un pays qui depuis de nombreux siècles s’est constitué sur une base multiethnique et multiculturelle, et qui aujourd’hui voit vivre ensemble 56 ethnies. Ce n’est pas un hasard si cette croisade n’est pas lancée pas le Tiers Monde, qui regarde la Chine avec sympathie et admiration, mais l’Occident qui, depuis les guerres de l’opium, a précipité le grand pays asiatique dans le sous-développement et dans une tragédie épouvantable dont est en train finalement de sortir un peuple qui représente un cinquième de l’humanité.
 
En partant de mots d’ordre analogues à ceux qu’on hurle aujourd’hui contre la Chine, on pourrait promouvoir le démembrement de nombreux pays européens comme l’Angleterre, la France, l’Espagne et surtout l’Italie, où ne manquent pas des mouvements qui revendiquent la « libération » et la sécession de la « Padanie ».
 
L’Occident qui se comporte en Saint Siège de la religion des droits de l’homme n’a pas dit le moindre mot sur les pogroms antichinois qui le 14 mars à Lhassa ont coûté la vie à des civils innocents, y compris des enfants, des femmes et des vieillards.  Alors qu’il prétend être à la tête de la lutte contre le fondamentalisme, l’Occident déforme complètement la réalité de manière la plus grotesque du Tibet du passé (fondé en vérité sur la théocratie et l’esclavage de masse) et se prosterne devant un Dieu-roi, qui s’acharne à constituer un Etat sur la base de la pureté ethnique et religieuse (une mosquée a été également attaquée à Lhassa), en annexant à cet Etat des territoires qui sont certes habités par des Tibétains mais qui n’ont jamais été administrés par un Dalaï Lama : c’est le projet du Grand Tibet fondamentaliste cher à ceux qui veulent mettre en crise le caractère multiethnique et multiculturel de la République Populaire de Chine pour pouvoir mieux la démembrer.
 
A la fin du XIXème siècle, à l’entrée des concessions occidentales en Chine, on pouvait voir bien en vue le panneau : « Interdit d’entrée aux chinois et aux chiens ». Ce panneau n’a pas disparu, il a seulement subit quelques aménagements, comme le montre la campagne pour saboter ou diminuer d’une manière ou d’une autre les Jeux Olympiques de Pékin : « Interdisez les Jeux Olympiques aux chinois et aux chiens. » La croisade antichinoise en cours est en pleine continuité avec la longue et infâme tradition impérialiste et raciste.

Cet appel a été lancé par Domenico Losurdo, et traduit par
Caïus Gracchus.

La version originale et la liste des premiers signataires sont consultables
ici.

Pour signer : appellocina@libero.it
Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 00:04

La répression des contestataires tibétains a ému la planète. Mais l'image des moines pourchassés par l'armée suffit-elle à comprendre ce qui se passe réellement sur le Toit du Monde? «Le Courrier», hebdomadaire genevois, a recueilli les avis contrastés de trois spécialistes de la Chine.

Pour Elizabeth Martens, biologiste, spécialiste de médecine chinoise,  "le contentieux ne concerne pas tant les six millions de Tibétains de Chine face à la Chine, mais c’est un contentieux qui oppose la Chine à l’Occident et qui s’exprime par le malaise économique que connaît actuellement le Tibet."

Son interview sur le site du Grand Soir.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 09:13

Les ouvriers roumains en lutte :

Depuis déjà 2 semaines, aucune Logan ne sort plus de l’usine Dacia-Renault de Pitesti-Mioveni en Roumanie : les salariés roumains sont en grève. Ils réclament une augmentation de leur salaire aujourd’hui d’environ 208 euros brut et une amélioration des conditions de travail. Mais Renault ne veut rien lâcher et a même tenté d’intervenir auprès du tribunal pour déclarer la grève illégale ! La justice roumaine, consciente de la gravité des faits, a renvoyé la plainte de Renault.

Les salariés européens solidaires :

A quelques 2500 kms, les salariés de l’usine Renault du Mans sont solidaires : distribution de tracts de soutien, envoi de courrier aux ouvriers roumains… la grève des ouvriers roumains est dans toutes les têtes ! Car, en France, en Roumanie, comme ailleurs en Europe, les problèmes sont les mêmes : chantage de la délocalisation pour tirer les salaires toujours un peu plus à la baisse et pour faire passer la dégradation des conditions de travail.

Manifestation européenne du 5 avril en Slovénie pour une Europe sociale :

C’est bien une convergence des luttes et des revendications des salariés que connaît l’Europe aujourd’hui. Si les salariés sont solidaires, les syndicats le sont aussi : la CGT métallurgie française a ainsi envoyé une délégation en Roumanie, et l’accueil y a été très chaleureux. En 2005, l’échec du référendum européen venait rappeler l’exigence d’une Europe sociale. Trois ans après, c’est dans les luttes qu’on la voit se construire. Et c’est pour cette Europe sociale que manifestera l’ensemble des syndicats européens samedi 5 avril à Ljubljana en Slovénie, pour exiger que « la modération salariale ne soit plus la seule variable d’ajustement ».
Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 13:58
p04-palestine-prisonnier.jpg

On a eu tôt fait de traiter de « terroriste » le Palestinien qui a tué huit étudiants à Jérusalem, avant d’être lui-même tué. On ne peut se réjouir de voir mourir des innocents. Mais, précisément, trop d’innocents sont morts en quelques semaines dans la « bande de Gaza ». On ne peut donc accepter une condamnation unilatérale, celle de Bush, de Romano Prodi, de Sarkozy, qui fait l’impasse sur le déchaînement meurtrier qui a précédé l’attentat. On ne peut accepter le mensonge historique qui veut que ce soient les Palestiniens « qui ont commencé » : on n’est pas devant une bagarre d’enfants dans la cour d’une école. Ces Palestiniens ont été chassés de leurs terres, de leurs maisons, privés de travail, de ravitaillement, d’eau. Peut-on compter pour rien le fait que toutes les négociations avec l’Union européenne, toutes les résolutions de l’ONU ont été bafouées par les dirigeants d’Israël sans qu’aucune sanction s’ensuive, alors que la colonisation des territoires palestiniens se poursuit au grand jour ? que des centaines de Palestiniens sont emprisonnés, contraints à l’exil ? et combien sont morts dans l’anonymat de combats menés par une des armées les plus redoutables du monde ?

Le peuple palestinien, profondément laïque initialement, a été conduit au désespoir, poussé à l’extrémisme et à l’intégrisme religieux par cette politique de terreur qui s’abrite derrière le prétexte de la lutte contre le terrorisme et profite de la protection des Etats-Unis et de l’inaction complice de l’Union européenne et de la France.

Or, dit Francis Wurtz (PCF), président du groupe Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique au Parlement européen, « s’il n’y a pas de l’extérieur des initiatives permettant d’enrayer la politique du pire, la région va s’embraser et poussera la situation internationale dans une période extrêmement dangereuse… Avec mon groupe, je préconise depuis longtemps la suspension de l’accord d’association avec Israël qui est scandaleusement violé par la partie israélienne… que dans un premier temps, il y ait un  discours de vérité … cela modifierait le rapport de forces vis-à-vis des dirigeants israéliens qui se disent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Il n’y aucune excuse pour nos chefs d’Etat et de gouvernement de continuer dans la voie l’impunité ».

La France et l’Union européenne doivent exiger la levée immédiate du blocus de Gaza, l’application par Israël des résolutions des Nations Unies, la reprise d’un processus de négociations sincères et déterminées dans un cadre multilatéral incluant toutes les forces en présence.
Partager cet article
Repost0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 21:20
chavez_et_le_peuple.jpg

On sait que les Etats-Unis tiennent l’Amérique latine pour leur arrière-cour. Leur rôle dans la mort de Guevara et de Salvador Allende en fait foi. Le mouvement d’émancipation économique et politique qui anime de façon plus ou moins forte ces pays depuis quelques années doit donc donner des démangeaisons au Président Bush.

Les récents développements de l’affaire des otages des FARC en Colombie peuvent être vus sous cet angle. On doit condamner la méthode qui consiste à retenir pendant des mois et des années des otages dans la jungle. Les communistes français sont unanimes pour soutenir toute initiative qui aille dans le sens de la libération pacifique de ces otages.

Raison de plus pour tout faire afin que ces otages soient rapidement libérés dans les meilleures conditions. C’est la raison de notre soutien aux démarches des dirigeants politiques du Venezuela, de l’Equateur, de l’Argentine, du Brésil, du Chili.

Mais tout se passe comme si le président colombien Alvaro Uribe tenait à sa ligne de conduite : régler la question des FARC et de leurs otages par la manière forte, soutenu par George Bush, diplomatiquement et par un appui technologique comme l’a confirmé le ministre colombien de la défense. C’est ainsi qu’en quelques jours, deux des principaux dirigeants des FARC, Raul Reyes et Ivan Rios viennent d’être assassinés, le premier par des forces armées colombiennes, qui n’ont pas hésité à violer la frontière équatorienne, le deuxième par son garde du corps qui a pris soin de lui couper une main (comme ceux qui tuèrent le Che lui coupèrent les deux mains) pour preuve de l’identité de sa victime. Quand on sait, par le ministère français des Affaires étrangères, que Raul Reyes était un interlocuteur de la France, de la Suisse et de l’Espagne et que les autorités colombiennes en étaient au courant, il n’est pas besoin d’être grand psychologue pour comprendre qu’il sera encore plus difficile de négocier avec les FARC et qu’Ingrid Betancourt est effectivement en danger de mort. Et on peut se demander si la libération des otages est bien l’objectif de Bush et Uribe, au moment où la Colombie accuse l’Equateur et le Venezuela de soutenir les FARC.

Une hypothèse émise par Ugo Chavez, le nouveau « Satan » de Bush, pourrait contribuer à mieux  comprendre le rôle des Etats-Unis dans cette affaire : il les soupçonne de vouloir semer la zizanie afin de faire obstacle à un processus de rapprochement de l’ensemble des pays latino-américains, et «mettre la main sur les plus importantes réserves d’hydrocarbures du monde », celles du …Venezuela.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 10:42
2203-2.jpg

Un pas de plus dans l'escalade de l'horreur a été franchi avec l'offensive lancé par Israël contre Gaza. La paix semble être le dernier des soucis des dirigeants israéliens : ils continuent à rejeter toute négociation, la colonisation continue, le blocus de Gaza met ses habitants au bord d'une grave crise alimentaire et maintenant les Israéliens se livrent à un véritable massacre avec des bombardements qui ont déjà fait plus de 100 morts parmi les civils. Cela doit cesser.
 
Seul un règlement politique et négocié peut garantir la sécurité pour tous, israéliens et palestiniens.
 
Il faut imposer un cessé le feu durable et empêcher une nouvelle offensive militaire, que soit mis fin au blocus de Gaza, exiger des négociations de paix associant toutes les parties impliquées, que la France et l'Union Européenne prennent leur responsabilités en favorisant le dialogue et en exigeant d’Israël le respect du Droit International et des résolutions de l'ONU.

 
Le Parti communiste français appelle à manifester
 samedi 8 mars 2008 à 16h
métro Barbés Rochechouart
Partager cet article
Repost0