Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 22:12

Notre camarade Robert Leguillois s’est éteint samedi dernier au terme d’une longue maladie. Ordonné prêtre peu de temps après la fin de la Guerre qu’il avait vécue, adolescent, sous le fracas des bombes en Normandie, il avait choisi d’associer sa mission sacerdotale en province puis en banlieue parisienne avec un dur travail en entreprise et sur les marchés. Révolté par les injustices de notre société et solidaire des travailleurs, en particulier lors du mouvement social de 1968, il était devenu membre du Parti communiste au début des années 1970. Après sa retraite, il avait entrepris des études d’histoire et soutenu à la Sorbonne, sous la direction du professeur Michel Vovelle, une thèse dans laquelle il démontre que le peuple parisien, qui a fait la Révolution jacobine en 1793, était en large majorité originaire des provinces et que par conséquent la Révolution n’est pas une exception parisienne. Dans les dernières années Robert avait pris une certaine distance avec l’Eglise comme avec l’activité militante quotidienne, mais il continuait à être très actif dans la défense des locataires de sa cité populaire de Champigny. Après la présidentielle de 2002 il avait repris sa carte de membre du PCF dans la section du 5e arrondissement.
Repost 0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 18:20
logoverts_4.jpg       ps_3.jpg











On parle ces derniers jours de grande victoire de la Gauche aux élections municipales et cantonales. Le mot « victoire » ne semble pas galvaudé du tout. Mais le mot « Gauche » dans certains cas semble encore plus difficile à définir que d’habitude.

Prenons les cas d’Aubervilliers et de Montreuil. Dans ces deux municipalités à direction communiste, après une primaire à l’avantage des sortants, les Socialistes d’un côté, les Verts de l’autre se sont maintenus et ont gagné au second tour avec les voix de la droite. Cette dernière n’a, en effet, pas hésité à voter à « gauche » pour virer les Communistes. Un certain M. Devedjian les y avait d’ailleurs invités. Mais si les Socialistes et les Verts bénéficient de l’appui de la droite, plus ou moins discret, pour se faire élire contre les Communistes, sont-ils toujours de gauche ? Même dans la définition la moins exigeante de ce mot, ce qui fonde la gauche n’est-ce pas le combat contre la droite et ce qu’elle représente ? Les Socialistes et les Verts qui ont joué la division tournent le dos aux exigences de lutte contre le projet de la droite : ils ne sont plus de gauche !
Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans La Gauche
commenter cet article
23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 18:17
Les chiffres sont têtus. Ils permettent d’apprécier une réalité telle qu’elle est. Et c’est ainsi que, malgré toutes les annonces, le Parti Communiste Français est la troisième force politique de notre pays. Il réunit 9% des suffrages aux élections cantonales et dirige deux conseils généraux. 91 villes de plus de 9000 habitants ont un maire communiste (contre 86 seulement en 2001) et plus de 13000 élus locaux sont membres du PCF. Vierzon, Dieppe, Villeneuve Saint George, Firminy, Roissy en Brie ont maintenant un maire communiste. Certains annonçaient l’envolée de l’orange, c’était sans compter que le rouge est toujours là.

Il y aura donc partout sur le territoire national des gens prêts à mener tous les combats d’émancipation aux côtés de ceux qui refusent la fatalité, des élus prêts à investir les collectivités locales pour les mettre à la disposition du peuple.
Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Les Communistes
commenter cet article
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 18:00


Identité nationale, immigration, intégration : trois aspects d’une même politique d’exclusion xénophobe. Pour y voir clair, pour savoir de quoi l’on parle, pour comprendre la réalité derrière les slogans gouvernementaux :


Le Comité local du MRAP 5e/13e vous invite à une réunion publique avec
        
Emmanuel Terray,

anthropologue, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, animateur du 3e collectif de sans papiers composé de 38 nationalités différentes,

le mercredi 26 mars à 20 heures
au Centre culturel La Clef,
rue de la Clef,
métro Censier-Daubenton, bus 47

Pour la première fois de son histoire, la France s’est dotée d’un ministère de l’identité nationale de l’immigration et de l’intégration. Son titulaire, Brice Hortefeux, peut se vanter d’avoir subi avec succès les tests d’évaluation mis en place par Sarkozy, puisqu’il a expulsé plus de 24 000 étrangers « en situation irrégulière ».

L’intitulé de ce ministère, qui relie identité nationale, immigration et intégration, désigne à l’avance l’immigré comme responsable de la mise en danger de l’identité française et leur nombre comme facteur essentiel de la non intégration des enfants, petits-enfants, époux, épouses d’étrangers.

De quoi parle-t-on quand on dit « identité nationale » ? Qu’est-ce donc que l’identité de la France ? Comment s’est-elle constituée au cours de sa très longue histoire ?

Si le père d’Émile Zola, Italien émigré en France, avait été expulsé, jamais l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire n’aurait été écrite, jamais le capitaine Dreyfus n’aurait été défendu par J’accuse.

Si la Commune de Paris n’avait accueilli les étrangers, les Polonais Wrobleski et Dombrowski n’auraient pu organiser la défense de Paris contre Thiers, le boucher aux mains sanglantes.

Si Picasso avait été expulsé, jamais les Demoiselles d’Avignon, Guernica n’auraient été peints à Paris.

Si les soldats d’Afrique noire n’avaient pas été enrôlés dans l’armée française, la chute du nazisme en aurait été retardée.

Si les Républicains espagnols échappés des camps des Mille et de Gurs (où les avaient enfermés la République française) n’étaient entrés dans la Résistance, ils n’auraient pu libérer Toulouse et Paris de l’occupation nazie et du régime de Pétain.

Si les travailleurs venus d’Afrique du Nord avaient été expulsés dans les années cinquante, jamais les immeubles, les routes, les automobiles dont nous jouissons n’auraient été construits.

C’est de tous ces étrangers, venus des quatre coins du monde, qu’est faite notre identité nationale. Là est la véritable diversité.

Le gouvernement Sarkozy expulse non des chiffres, mais des être humains, sépare des familles, renvoie des enfants scolarisés, empêche des mariages, rejette dans l’illégalité des travailleurs en refusant de renouveler des titres de séjour et pour arriver à ses fins vous arrête dans la rue selon votre visage, entre à cinq heures du matin dans des foyers en brisant tout sur son passage, poursuit en justice ceux qui ont l’audace de montrer leur solidarité en empêchant des expulsions.

Repost 0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 17:45

Les Communistes de l’ENS vous invitent à débattre sur le thème de « L’IDÉOLOGIE EUROPÉENNE » autour de la sortie d’un livre militant consacré à la question en présence des auteurs
 
BENJAMIN LANDAIS, AYMERIC MONVILLE ET PIERRE YAGHLEKDJIAN

lundi 31 mars à partir de 19h30
Amphithéâtre Rataud, ENS - 45 rue d'Ulm

couv_1154.jpg


Rapidement mentionnée puis vite passée sous silence par les médias
dominants, la ratification du « Traité de Lisbonne » par le parlement au
début du mois de février 2008 semble définitivement oublié après la
période des élections municipales. A la poubelle la victoire du «Non» à la
constitution européenne ? Pourtant, le 4 février 2008 marquera sans doute
dans l’Histoire de France le premier coup d’Etat politique du XXIe siècle.
Avec la bienveillance du Parti Socialiste, la nouvelle gouvernance à
l’américaine aura montré que la volonté souveraine exprimée par plus de 15
millions de Français en mai 2005 peut être violée par 560 parlementaires
moins de trois ans plus tard. Qu’importe puisque « L’Europe est sortie de
l’impasse ! ».

Il était donc urgent de reprendre l’offensive dans les luttes comme dans
l’analyse de ce que sous-tend réellement la « construction » européenne.
Car force est de constater que même la « Gauche du NON », qui prétend «
réorienter » l’UE et lui donner un contenu « social », a déserté ce
terrain.

La rédaction collective de ce livre a été guidée par trois idées
directrices :

• Identifier les conséquences réelles de la « construction » européenne.
• Retracer la généalogie de l’Europe en tant que mythe politique et culturel.
• Face aux impasses théoriques de l’altermondialisme, tenter de comprendre
dans quelle logique impérialiste l’Europe s’inscrit.


Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Idéologie
commenter cet article
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 11:59
feminism.gif

Il y a quelques semaines, on célèbrait la journée des femmes. Un article de Michèle Camous (PCF Paris 12) revient sur cette journée, et sur les luttes féministes pour l'égalité.


La journée des femmes a été l’occasion pour les uns et les autres d’y aller de leurs discours trop souvent réduits à un hommage plus ou moins sincère aux femmes, ou bien à des déclarations compassionnelles sur ces pauvres femmes qui continuent, année après année, à cumuler travail professionnel et travail domestique.

Pour les plus jeunes hommes ou femmes, cette journée du 8 mars peut apparaître quelquefois comme une commémoration de plus. Pourtant, l’officialisation de cette journée par l’ONU en 1977 est le résultat de plusieurs décennies de luttes des femmes du monde entier pour la reconnaissance de leur place dans la société, leur liberté, leur dignité et l’égalité.

Les femmes n’ont jamais été seulement des épouses ou des mères. La plupart d’entre elles a toujours travaillé, que ce soit à la ferme, dans l’artisanat ou dans le commerce de leurs maris. La grande transformation du travail des femmes s’est faite par leur arrivée massive dans les emplois salariés dès la fin du 19ème siècle. Et pourtant, ce n’est qu’en 1907 qu’elles ont eu le droit de disposer librement de leur salaire et ce n’est que depuis 1965 que leur mari ne peut plus s’opposer à leur activité professionnelle. Aujourd’hui, elles sont presque aussi nombreuses que les hommes à travailler. Mais en matière de salaire et d’égalité professionnelle, malgré toutes les lois qui se sont succédées depuis 1972, le compte n’y est toujours pas.

Pour qu’elles obtiennent enfin la qualité de citoyennes à part entière en 1945 avec le droit de voter et d’être élues, il a fallu leurs luttes opiniâtres soutenues particulièrement par le PCF qui, dès les années 20, présentaient des femmes sur ses listes. Mais, là non plus, le compte n’y est toujours pas.

Dans les années 60/70, sans doute dans un contexte accéléré par la remise en cause de toutes les hiérarchies très présente dans le mouvement de 1968, les femmes se sont battues et ont obtenu le droit d’être maîtresses de leur corps avec le vote mouvementé des lois sur la contraception en 1967 et autorisant l’IVG en 1975. C’est, à mon avis, une des conquêtes les plus importantes parce qu’elle rend les femmes maîtresses de leur décision d’avoir ou de ne pas avoir d’enfant, de leur orientation sexuelle comme pour les hommes. C’est tout leur rapport au couple, à la société et à elles-mêmes, qui se trouve changé. C’est un des moyens de les soumettre, de les dominer, qui ainsi disparaît. Mais, comme la plupart des acquis, ces avancées sont régulièrement remis en cause.

Le patronat a besoin d’un salariat bon marché, flexible, corvéable à merci. Avec la droite, il parle d’égalité mais réussit à obtenir des lois qui précarisent de plus en plus les salariés et en premier lieu les femmes avec notamment les temps partiels imposés, le travail du dimanche et le travail de nuit.

Le gouvernement Sarkozy/Fillon parle d’égalité mais il refuse d’augmenter le SMIC alors que 8 smicards sur 10 sont des femmes. Il refuse aussi de revaloriser les petites retraites qui sont principalement le lot des femmes. Et il prévoit de ramener de 30 à 5 ans la possibilité d’obtenir réparation pour discrimination, notamment de genre.

En matière de vie citoyenne, malgré la loi sur la parité l’Assemblée Nationale, par exemple ne compte en 2008 que 18,6% de femmes élues et le gouvernement, à l’occasion des élections municipales et cantonales, vient de remettre en cause indirectement l’efficacité de cette loi avec l’instauration de binômes titulaires/suppléants pour les candidatures aux Conseils Généraux. A votre avis, les remplaçants seront-ils des hommes ou des femmes ? Le résultat est prévisible dès maintenant : il y aura encore moins de femmes titulaires. Et puis, il faut créer les conditions de leur engagement en obtenant l’instauration d’un statut de l’élu, sans cesse refusé par la droite, qui permettra à tous les élus d’assumer pleinement leur mandat électif. Ce serait bénéfique aussi pour les hommes qui ne sont pas tous administrateurs de société ou exerçant une profession libérale.

En matière de droit à la maîtrise de leur corps, l’arrêt de la Cour de Cassation ouvrant la possibilité de donner un état civil à un fœtus mort avant l’accouchement soulève de grandes inquiétudes. C’est le statut de l’embryon qui est remis en question avec toutes les conséquences possibles de remise en cause du droit à l’IVG. S’y ajoute un manque cruel d’équipements et de personnels qualifiés pour les accompagner, et en particulier pour les très jeunes filles, dans leur choix de planification familiale. La maternité n’est pas mieux lotie et nous connaissons dans le 12ème des exemples montrant la nocivité de la politique de la droite qui met les établissements au bord de la faillite. C’est toute la santé qui est menacée en restreignant les moyens pour les naissances.

Enfin, un collectif national, auquel participent pleinement les communistes, a passé plusieurs mois à élaborer une loi contre les violences faites aux femmes. 4000 femmes sont violées chaque mois, une femme est tuée par son compagnon tous les 3 jours, 1 femme sur 10 se déclare victime de violences conjugales. Mais seulement 13% portent plainte. Le temps des souffrances silencieuses est donc très loin d’être révolu. Il faut hausser le ton et exiger des parlementaires et du Président Sarkozy (c’est encore une promesse non tenue) qu’ils votent enfin la loi-cadre contre les violences faites aux femmes.

Certains et même certaines disent « le féminisme c’est fini ». Pourtant l’examen des réalités montre tout le contraire. Et les discours de N. Sarkozy, martelant l’idée que les religions sont à la base des civilisations, permettent aux courants les plus réactionnaires de relever la tête ; c’est le cas un peu partout en Europe. La laïcité est menacée et c’est dangereux pour les femmes.

Il reste encore beaucoup de « Bastilles » à prendre et le féminisme a de l’avenir. On pourrait même dire que c’est l’avenir vu comme lutte émancipatrice contre toutes les ségrégations, toutes les formes d’exploitation, de domination y compris patriarcale. Le capitalisme se nourrit de toutes ces aliénations. Il a intérêt à la séparation des rôles qui divise celles et ceux qu’il exploite. Le féminisme c’est aussi le respect de l’autre, de celui ou de celle qui est différent.

Les luttes des femmes sont en train de prendre un élan nouveau malgré les difficultés, comme la lutte remarquable des femmes salariées du commerce, des hospitalières et aussi des étudiantes et lycéennes.

Les communistes sont bien décidés à mettre toutes leurs forces au service de celles et de ceux qui se battent, qui veulent une société une société qui permette l’émancipation, l’épanouissement de toutes et tous, en se servant de tous les points d’appui.
Repost 0
Published by Michèle Camous - dans Idéologie
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 08:59
C'est le nombre de voix qui a permis à Jean Tiberi d'être réélu maire du 5e arrondissement hier soir. Malgré - ou grâce à - ses pratiques politiques d'un autre âge, le vieux maire du 5e arrondissement décroche un nouveau mandat. Il n'y aura donc pas de planning familial dans le 5e. Pas de commission d'attribution des places en crèche ou des logements sociaux.  Et pas d'élu communiste.


Les résultats :

Jean Tiberi                      11269 voix      45%
Lyne Cohen-Solal            11044 voix      44,1%
Philippe Meyer                2730 voix        10,9 %




Repost 0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 13:58
p04-palestine-prisonnier.jpg

On a eu tôt fait de traiter de « terroriste » le Palestinien qui a tué huit étudiants à Jérusalem, avant d’être lui-même tué. On ne peut se réjouir de voir mourir des innocents. Mais, précisément, trop d’innocents sont morts en quelques semaines dans la « bande de Gaza ». On ne peut donc accepter une condamnation unilatérale, celle de Bush, de Romano Prodi, de Sarkozy, qui fait l’impasse sur le déchaînement meurtrier qui a précédé l’attentat. On ne peut accepter le mensonge historique qui veut que ce soient les Palestiniens « qui ont commencé » : on n’est pas devant une bagarre d’enfants dans la cour d’une école. Ces Palestiniens ont été chassés de leurs terres, de leurs maisons, privés de travail, de ravitaillement, d’eau. Peut-on compter pour rien le fait que toutes les négociations avec l’Union européenne, toutes les résolutions de l’ONU ont été bafouées par les dirigeants d’Israël sans qu’aucune sanction s’ensuive, alors que la colonisation des territoires palestiniens se poursuit au grand jour ? que des centaines de Palestiniens sont emprisonnés, contraints à l’exil ? et combien sont morts dans l’anonymat de combats menés par une des armées les plus redoutables du monde ?

Le peuple palestinien, profondément laïque initialement, a été conduit au désespoir, poussé à l’extrémisme et à l’intégrisme religieux par cette politique de terreur qui s’abrite derrière le prétexte de la lutte contre le terrorisme et profite de la protection des Etats-Unis et de l’inaction complice de l’Union européenne et de la France.

Or, dit Francis Wurtz (PCF), président du groupe Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique au Parlement européen, « s’il n’y a pas de l’extérieur des initiatives permettant d’enrayer la politique du pire, la région va s’embraser et poussera la situation internationale dans une période extrêmement dangereuse… Avec mon groupe, je préconise depuis longtemps la suspension de l’accord d’association avec Israël qui est scandaleusement violé par la partie israélienne… que dans un premier temps, il y ait un  discours de vérité … cela modifierait le rapport de forces vis-à-vis des dirigeants israéliens qui se disent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Il n’y aucune excuse pour nos chefs d’Etat et de gouvernement de continuer dans la voie l’impunité ».

La France et l’Union européenne doivent exiger la levée immédiate du blocus de Gaza, l’application par Israël des résolutions des Nations Unies, la reprise d’un processus de négociations sincères et déterminées dans un cadre multilatéral incluant toutes les forces en présence.
Repost 0
Published by Pierre Laroche - dans Internationalisme
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 21:20
chavez_et_le_peuple.jpg

On sait que les Etats-Unis tiennent l’Amérique latine pour leur arrière-cour. Leur rôle dans la mort de Guevara et de Salvador Allende en fait foi. Le mouvement d’émancipation économique et politique qui anime de façon plus ou moins forte ces pays depuis quelques années doit donc donner des démangeaisons au Président Bush.

Les récents développements de l’affaire des otages des FARC en Colombie peuvent être vus sous cet angle. On doit condamner la méthode qui consiste à retenir pendant des mois et des années des otages dans la jungle. Les communistes français sont unanimes pour soutenir toute initiative qui aille dans le sens de la libération pacifique de ces otages.

Raison de plus pour tout faire afin que ces otages soient rapidement libérés dans les meilleures conditions. C’est la raison de notre soutien aux démarches des dirigeants politiques du Venezuela, de l’Equateur, de l’Argentine, du Brésil, du Chili.

Mais tout se passe comme si le président colombien Alvaro Uribe tenait à sa ligne de conduite : régler la question des FARC et de leurs otages par la manière forte, soutenu par George Bush, diplomatiquement et par un appui technologique comme l’a confirmé le ministre colombien de la défense. C’est ainsi qu’en quelques jours, deux des principaux dirigeants des FARC, Raul Reyes et Ivan Rios viennent d’être assassinés, le premier par des forces armées colombiennes, qui n’ont pas hésité à violer la frontière équatorienne, le deuxième par son garde du corps qui a pris soin de lui couper une main (comme ceux qui tuèrent le Che lui coupèrent les deux mains) pour preuve de l’identité de sa victime. Quand on sait, par le ministère français des Affaires étrangères, que Raul Reyes était un interlocuteur de la France, de la Suisse et de l’Espagne et que les autorités colombiennes en étaient au courant, il n’est pas besoin d’être grand psychologue pour comprendre qu’il sera encore plus difficile de négocier avec les FARC et qu’Ingrid Betancourt est effectivement en danger de mort. Et on peut se demander si la libération des otages est bien l’objectif de Bush et Uribe, au moment où la Colombie accuse l’Equateur et le Venezuela de soutenir les FARC.

Une hypothèse émise par Ugo Chavez, le nouveau « Satan » de Bush, pourrait contribuer à mieux  comprendre le rôle des Etats-Unis dans cette affaire : il les soupçonne de vouloir semer la zizanie afin de faire obstacle à un processus de rapprochement de l’ensemble des pays latino-américains, et «mettre la main sur les plus importantes réserves d’hydrocarbures du monde », celles du …Venezuela.

Repost 0
Published by Pierre Laroche - dans Internationalisme
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 09:24
FAISONS GAGNER LA GAUCHE !

undefined

Adrien Tiberti, candidat communiste sur la liste d'union de la gauche menée par Lyne Cohen-Solal
Le premier tour des élections municipales est passé. Il a confirmé le mécontentement croissant des Français face à la politique de Sarkozy. Lassés des pantalonnades du médiatique président, inquiets de l’évolution des salaires et du pouvoir d’achat, préoccupés par l’avenir du service public ou par la question du logement, les électeurs se sont tournés vers les listes de gauche, et, là où ils étaient présents, vers les communistes.

Le PCF sort renforcé de ces élections

C’est ainsi que Dieppe, Vierzon, Martigues ont d’ores et déjà élu une équipe communiste, contre des maires sortants de droite. À Nîmes, au Havre, le PCF est en tête de la gauche au premier tour. En banlieue parisienne, les mairies communistes résistent bien à l’offensive socialiste. Si à Pierreffitte, les électeurs ont choisi le PS pour représenter la gauche au second tour, à La Courneuve au contraire, le maire communiste Gilles Poux recueille dès le premier tour près de 47% des suffrages. Dès maintenant, nous pouvons affirmer que le PCF sera, en nombre d’élus, le troisième parti de France.

Les Parisiens choisissent la gauche… sans hésitation !

À Paris, la gauche sort très largement victorieuse de ce premier tour. Trois arrondissements ont choisi la liste de gauche dès le premier tour: le 3e, le 19e, et le 11e. Ailleurs, l’équipe de Bertrand Delanoë, comprenant des socialistes, des communistes, des membres du MRC et du PRG, a reçu un large soutien de la population. Au second tour, les Verts se joindront aux listes de la gauche partout où ils ont fait plus de 5%.

Dans le 5e arrondissement, la gauche peut gagner

Dans le 5e arrondissement, la liste de gauche améliore très nettement son score par rapport aux dernières municipales de 2001 avec 34,7% des voix. L'écart n'a jamais été aussi faible avec la droite de Tiberi, qui n'a réuni que 37,9% des suffrages. Avec l'apport des Verts (5,45% des voix), la victoire de la gauche est possible. La LCR a quant  elle obtenu 2,38% des voix.

Philippe Meyer, le candidat du Modem, qui a réuni 14% des suffrages, a choisi de se maintenir au second tour. Dimanche prochain, trois candidats à la mairie du 5e seront donc encore en lice : Jean Tiberi, Philippe Meyer et Lyne Cohen Solal.

Au second tour, le choix des électeurs est clair : droite ou gauche ? La gauche peut gagner dans le 5e. Une telle victoire serait historique. En votant pour la liste conduite par Lyne Cohen-Solal, nous pouvons chasser Tiberi et sa famille, et faire élire une équipe qui représentera toute la gauche.

Dimanche 16 mars, pour faire avancer le 5e arrondissement, votons pour la liste de rassemblement de la gauche menée par Lyne Cohen-Solal.
Repost 0