Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 13:33



Femmes
Vers de nouveaux droits
ou applications des lois existantes ?
 
Quelle place pour les femmes dans la société française ?
Les femmes et le parti communiste ?
Egalité professionnelle homme/femme quelle application ?
Etre une femme aujourd’hui ça veut dire quoi ?
Quelles difficultés rencontrent les femmes dans leur quotidien ?
Un monde de violence à l’encontre des femmes ?
Quelles actions engageons-nous pour changer notre quotidien ?
 
REUNION DEBAT LE 7 FEVRIER 2009 A 14 HEURES 30
SECTION PCF  61 rue  La condamine 75017 PARIS
Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 19:57



En diminuant de 42 % dans la Loi de Finances 2009 le montant affecté aux plannings familiaux, l’Etat montre sa volonté d’abandonner les missions qui sont les siennes quant à l’accueil, l’information et la prévention concernant la contraception, la fécondité, la sexualité. Il marque son désintérêt pour les pratiques d’accueil et de conseil. La conséquence de cette brutale démission de l’Etat est la fermeture programmée d’un grand nombre de ces lieux d’accueil individuels et collectifs. C'est inadmissible !

L’Etat doit assurer sa responsabilité nationale pour l’information, l’éducation à la sexualité, et la prévention pour toutes et tous conformément à l’article 1 de la Loi 73-639 du 11 juillet 73.

L’Etat ne doit pas supprimer les lieux d’écoute et de parole, mais les développer

L’Etat ne doit pas supprimer les interventions collectives, mais les développer.

L’Etat doit donner aux associations qui assurent ces missions, les moyens aujourd’hui nécessaires, pour le développement de leurs activités et de leurs interventions.

Tous ces acquis sont récents, ces droits sont fragiles,
Nous avons lutté pour les obtenir
Luttons ensemble pour les défendre !

Signer la pétition pour la défense du planning familial
Partager cet article
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 19:51


L’avenir des deux centres médicaux (Mutualité et Saint-Victor) et de l’ensemble des activités du Palais de la Mutualité est en danger !

La direction de la FMP (Fédération Mutualiste Parisienne), propriétaire des lieux, souhaite fermer progressivement les activités médicales pratiquées dans les deux centres, soit par délocalisation, soit par liquidation définitive.

Ce sont 500 emplois de la FMP, sur 1500, qui sont menacés par ces projets. Le besoin de ce type de centres est pourtant criant à Paris où près de _ des praticiens ne sont pas conventionnés et où la moitié des centres de santé ont disparu depuis 20 ans. Avec la fermeture du centre de santé, la vente des salles de la Mutualité signe aussi la fin de possibilités concrètes d'organisation de réunions notamment politiques et syndicales. Le Palais lui-même demeure un symbole fort dans l’histoire de notre pays, dans celle du mutualisme et de la sécurité sociale.

Les attaques du gouvernement contre le système de santé.

Dans un contexte d’attaques sans précédents contre le système hospitalier (plan Bachelot) et la sécurité sociale, nous ne pouvons cautionner le fait qu’une logique assurantielle privée, guidée par la recherche du profit, prenne le pas sur une logique solidaire de gestion mutualiste !

Organisons la résistance !

Après une première grève et un rassemblement des personnels le 2 décembre, largement soutenue par des usagers et des habitants du quartier, de nouvelles mobilisations sont nécessaires. Des représentants des forces de gauche dont le Parti Communiste du 5è se sont rencontrés la semaine dernière et travaillent maintenant à la façon de mobiliser les personnels, les usagers et les gens du quartier : leurs propositions de réflexion et d'action seront présentées prochainement et le 5e.com en rendra compte chaque semaine.  

Usagers, mutualistes et habitants du quartier, nous sommes tous concernés par l’avenir de ce site. Propriété depuis sa construction du mouvement mutualiste, il est aussi la propriété de tous les adhérents mutualistes !

Partager cet article
Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 09:44



Jeudi dernier, ce sont 2 500 000 personnes, salariés du privé comme du public, retraités, privés d’emploi, étudiants, qui ont répondu à l’appel commun lancé par les huit confédérations syndicales! Pour l’emploi, les salaires, les services publics, la Sécurité sociale et la relance économique.

Jeudi 29 janvier, ou la convergence des luttes contre une politique au service du capital !

Cette journée historique est le fruit de luttes, fortes, dans de nombreux secteurs : de l’éducation nationale à l’automobile, en passant par l’audiovisuel, l’hôpital, la Poste ou la justice. Ces luttes qui se succèdent depuis des mois (école, hôpitaux, poste, transports, impôts, industrie…) ont toutes en commun de porter l’intérêt collectif. Leur cohérence est le reflet de la cohérence de la politique du gouvernement. Car il ne faut pas s’y tromper : si le gouvernement multiplie les réformes depuis des mois, c’est toujours dans le même objectif : déplacer toujours plus les richesses produites par le travail vers le capital !

En reculant sur la réforme du lycée, le gouvernement a bien compris que la convergence des luttes allait commencer à le faire plier, à mettre en échec ses projets, un par un. Ce recul et le succès de jeudi dernier sont la preuve que la perspective politique immédiate passe par le mouvement populaire, par des victoires concrètes contre la politique du pouvoir !



« Ce n’est pas à nous de payer leur crise ! »

Ce n’est pas la peur, l’angoisse ou le désarroi qui expliquent cet événement social comme voudrait bien le faire croire le gouvernement. C’est tout au contraire la conscience grandissante que la crise sociale que nous vivons aujourd’hui est la conséquence directe de la crise du capitalisme, un système qui vise à transférer toujours plus de richesses produites par le travail vers le capital !

Dans ce contexte de crise exacerbée du capitalisme, le PCF exige le droit de veto suspensif des salariés sur les licenciements ainsi que le maintien du contrat de travail, le maintien de l’intégralité des revenus et des droits des salariés mis au chômage technique. Le PCF réaffirme le principe du CDI comme référence du contrat de travail dans le privé et de l’emploi statutaire dans le public, et défend les reprises autogestionnaires d’entreprises par les salariés. Le PCF agit pour une appropriation publique du système de crédit permettant une autre politique d’investissement au service de l’emploi, du logement social, des services publics.

La mobilisation continue !

Comme seule réponse aux mouvements d’ampleur de jeudi dernier, le gouvernement propose une rencontre avec les syndicats "afin de convenir des réformes à conduire en 2009 et des méthodes pour les mener à bien". Le message reste le même : pas question de faire une pause dans les réformes ni de mettre en chantier un nouveau plan de relance.

De leur côté, les huit syndicats doivent se réunir le 2 février pour décider des suites à donner au mouvement. D’ores et déjà ils sont déterminés à poursuivre la mobilisation. La CGT proposera lors de cette rencontre de nouvelles initiatives pour consolider le rapport de forces et l’unité. Le syndicat appelle l’ensemble des salariés et des organisations à prendre appui sur la puissance exceptionnelle de la journée du 29 pour déployer, sans attendre, de nouvelles mobilisations dans les entreprises et les localités. Le PCF soutient bien entendu cet appel.

Partager cet article
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 19:48
Réunis dans un même mouvement unitaire, enseignants-chercheurs, chercheurs et membres du personnel des universités ont lancé un appel à la grève totale le 22 janvier dernier lors de la réunion de leur coordination nationale. Ils se battent contre la LRU qui, sous couvert d’autonomie, renforce les féodalités locales et paupérise les universités. Ils dénoncent l’éloge incessant de la concurrence et de la « culture du résultat » contraire à la collégialité et aux logiques de production et de transmission des connaissances qui font vivre l’université. Ce n’est pas à une réforme de plus que le monde de l’Université s’oppose mais bien à une volonté de mettre à bas l’université et les organismes de recherche !

Dans notre arrondissement, la mobilisation est très forte puisque l’Université de Censier (Paris 3) est en grève depuis le 26 janvier. Soutenons nos universités dans leur lutte !

Motion votée par la coordination nationale des universités :

La coordination nationale réunissant ce jeudi 22 janvier 2009 condamne la mise en place d'une politique d'affaiblissement structurel de l'enseignement et de la recherche, la précarisation des personnels de toutes catégories, notamment au travers de l'individualisation des carrières, de la mise en place du nouveau contrat doctoral et des suppression d'emplois, exige le rétablissement des postes supprimés, un plan pluriannuel de création d'emplois statutaires dans les universités et les grands organismes de recherche, et soutient les mobilisations en cours.

Elle déclare que si le ministère ne retire pas, sans préalable :

1) le projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs
2) la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré

l'université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l'université s'arrête.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 12:29


Après plus de trois semaines de bombardements incessants, les armes se sont enfin tues dans la bande de Gaza. Mais sans que les « grandes puissances » ni les « instances internationales » onusiennes et européennes prononcent la moindre condamnation de l’agression israélienne.


Comme par hasard,  cet armistice intervient en concomitance  avec l’arrivée de Barak Obama à la présidence des Etats-Unis.

N’oublions pas en effet le rôle des Etats-Unis, celui qu’ils ont joué de longue date dans cette région et, en l’occurrence, pour Israël. Pour des raisons intérieures, électorales (6 millions d’électeurs d’origine juive en l’année 2000, soit deux fois plus que les Américains d’origine arabe), et surtout économiques (ressources pétrolières de cette région). D’où l’aide américaine, militaire et diplomatique, notamment à l’ONU, tout comme dans le domaine économique (investissements, formation de cadres) ; mais on devrait pouvoir penser au rôle que les Américains peuvent aujourd’hui jouer pour la paix et la reconstruction, l’aide humanitaire, sanitaire, alimentaire, scolaire, etc…  ; ils devraient pouvoir y penser.    

L’agression israélienne, les morts, les destructions, pouvaient  en effet avoir l’air d’une question sous-entendue à Obama : « que feriez-vous, vous sur qui tant d’espoirs reposent, si Israël décidait d’intervenir violemment, militairement, pour poursuivre la conquête de la Palestine, pour anéantir la perspective de deux Etats libres et indépendants, vivant en paix ? » Le silence d’Obama, lors de son intronisation, à propos de la tragique question palestinienne, à propos de cette gigantesque offensive israélienne sur Gaza, visiblement préparée de longue date, relève-t-il d’une façon de gérer au mieux sa belle image d’homme des temps nouveaux sans entamer la solidarité qui lie la classe dirigeante de l’Etat d’Israël au grand capital des Etats-Unis, ou bien, réellement, comme nous voulons l’espérer, d’une profonde réflexion pour la paix au Moyen Orient.  

Les communistes, les démocrates, les pacifistes, de France et d’Europe, de Palestine, d’Israël et d’ailleurs dans le monde veulent poursuivre leur action pour un Etat palestinien libre, viable, dans les frontières de 1967, indépendant, vivant en sécurité et en coopération au côté d’un Etat israélien.


Pour cela,  il faut  travailler à la reconstruction dans la paix, en finir avec le blocus, cause de tant de maux et de morts, avec les colonisations, les annexions, le mur. Cela ne pourra se faire que dans le cadre d’une coopération humanitaire internationale et il ne fait pas de doute que les Etats-Unis, tout comme la France, l’Europe et tant d’autres puissances, si cela devenait leur ligne de politique internationale, si leurs dirigeants le voulaient, pourraient jouer un rôle décisif.

Mais on ne peut passer  discrètement l’éponge sur les centaines de morts, les milliers de victimes de tous âges, blessés par les bombardements, souvent gravement et atrocement,  les dizaines de milliers de sans abri, ; on ne peut faire comme s‘il n’y avait pas de crimes et de criminels de guerre. L’Etat d’Israël doit être appelé  à faire face à ses victimes, des sanctions doivent être prises contre  les instances et les individus responsables de ces actes. Sinon, tous les propos lénifiants sur l’avenir politique de la Palestine resteraient de honteux trompe-l’œil.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 09:25
Une voie politique pour la Palestine.



Les bombes ont arrêtées de pleuvoir sur la bande de Gaza, enfin, une bonne nouvelle pour ses habitants. Mais il est illusoire de penser que la vie peut reprendre son cours normal sur un champ de ruines et après tant de morts. Nos gouvernements portent une lourde responsabilité dans ce conflit sanglant.

Le PCF a 5 exigences claires pour une résolution politique du conflit :

• Une aide d’urgence à Gaza.
La guerre a renforcé une situation humanitaire catastrophique. Il faut lever le blocus économique, fournir une aide de première urgence et reconstruire les équipements publics détruits par les bombes.

• Des sanctions pour l’Etat israélien.
1300 morts, 85 % de civils, 410 enfants. Ecoles et hôpitaux bombardés, utilisation d’armes interdites comme les bombes au phosphore. De tels crimes de guerre ne peuvent rester impunis. Le gouvernement français doit exiger la suspension de l’accord d’association entre l'Union européenne et Israël. Le silence reviendrait à tolérer cette guerre sauvage.

• Protéger la population de Gaza.
Tsahal contrôle les points d’entrée de Gaza, le cessez feu est très fragile, Israël n’exclut pas une nouvelle intervention. Pour protéger le peuple palestinien, il faut de toute urgence, qu’une force multinationale d’interposition soit déployée sous l’égide le l’ONU.

• Une voie politique pour un état palestinien.
Les interventions armées d’Israël éloignent la perspective d’une paix juste qui passe par la création d’un état palestinien. Il faut relancer de toute urgence le processus politique.
Il faut une Conférence internationale décidant d'un processus politique pour un Etat palestinien indépendant dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, à côté de l'Etat d'Israël.

• Poursuivre mobilisation et solidarité.
Des délégations nombreuses sont actuellement à Gaza, dont celles du PCF avec Francis Wurtz, Jacques Fath, Patrick Le Hyaric, notamment. Tous disent l'importance pour les palestiniens de la solidarité internationale. Il est essentiel ensemble de la poursuivre.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 09:18

Stop à la criminalisation de l’action militante !



Lounis, Ouvrier du Livre aux Nouvelles Messageries de la presse parisienne vend chaque dimanche l’Huma Dimanche et distribue des tracts à la Goutte d’Or dans le 18e. Il est militant communiste depuis 30 ans.

En 2007, à un mois des présidentielles, la Police l’interpelle. Les commerçants du marché de la Goutte d’Or sont offusqués, tous admirent son engagement, sa disponibilité.

La section du 18e a voulu payer l’amende pour Lounis. Il a refusé. Il veut aller jusqu’au bout pour défendre ses valeurs communistes.

« Quand on défend des valeurs très fortes, il faut s’attendre à de vives confrontations. »

Il passera au tribunal le 18 février pour « vente de marchandises dans un lieu public sans autorisation ».

Le pouvoir veut criminaliser l’action militante, faire taire la contestation. Il faut combattre cette politique.

Signez la pétition en ligne.

Les communistes du 18e ont monté un comité de soutien à Lounis.
soutienlounis@humanitedimanche.fr
ou 01 49 22 72 41
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 09:12
Appel unitaire des syndicats
pour une journée de mobilisation le 29 janvier !



Les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA lancent un appel unitaire aux travailleurs du public et du privé, aux lycéens et aux étudiants, aux chômeurs et aux retraités pour une grande journée de mobilisation le 29 janvier.

Refusons de payer la crise : Pour une riposte de grande ampleur !

La réussite de cette journée historique est cruciale pour répondre aux attaques répétés du gouvernement contre les salaires, la protection sociale et les services publics. Le patronat et le gouvernement veulent nous faire croire que l’union sacrée contre la crise est nécessaire : « tout le monde va devoir se serrer la ceinture » nous martèle-on. C’est faux. Ils profitent d’une crise sans précédent du capitalisme pour accentuer l’exploitation et attaquer les libertés ; sans renoncer à leurs dividendes !

La période est marquée par un profond mécontentement de l’immense majorité des travailleurs et par des attentes sociales de grande ampleur. Des solidarités nouvelles se construisent, favorisant la convergence des luttes entre les salariés des grandes entreprises et des PME, en particulier dans la sous-traitance et les services ; entre celles et ceux qui ont un emploi stable et celles et ceux qui vivent chômage et précarité; entre les étudiants, les lycéens et le monde du travail.

Depuis la fin de l’année 2008, alors que la crise économique s’approfondit et qu’elle s’annonce durable, le contexte change !

Pour un plan de relance de l’économie.

Pour relancer l’économie, refusons la politique d’accentuation de l’exploitation (compression des salaires et des pensions, remise en question des droits acquis) Le mot d’ordre des syndicats pour la manifestation du 29 janvier est un vrai plan de relance de l’économie, en faveur des travailleurs et des solidarités :
  • Défense de l’emploi privé ou public.
  • Pour défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale.
  • Lutte contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales.
  • Pour des services publics de qualité qui assurent en particulier tout leur rôle de réponses aux besoins sociaux et de solidarités.
  • Exigence de politiques de rémunérations qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, chômeurs, et retraités et réduisent les inégalités.
Salariés du public et du privé, chômeurs et retraités, étudiants et lycéens
TOUS A LA MANIFESTATION
Jeudi 29 janvier, 14 h
BASTILLE

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 11:20
Résistances syndicales, résistances politiques,
Comment faire converger les luttes ?



La manifestation intersyndicale du 29 janvier est annoncée comme un moment important des luttes sociales en cours. Salariés du publique et du privé, intérimaires, chômeurs et retraités sont appelés à se mobiliser ensemble. C’est un enjeu de taille. Le gouvernement évite soigneusement de faire le lien entre toutes les attaques qu’il mène contre les acquis sociaux. Il dépolitise à outrance le débat sur la crise en nous martelant « nous devrons tous nous serrer la ceinture ». Le PCF cherche à faire progresser l’idée que la contestation sociale pour obtenir de vraies avancés doit se cristalliser dans des combats transversaux.

Comment faire progresser l’idée de la convergence des luttes ?
Concrètement, quels intérêts communs entre les lycéens, les chercheurs, les travailleurs et les retraités ?
Comment tenir un discours de classe dans le contexte actuel ?

Café politique organisé par les communistes du 5e arrondissement.
Le 20 janvier 2009, 18H30, café le Val de Grâce. 137 boulevard Saint Michel Paris 5e.
Partager cet article
Repost0