Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:00

La flambée des prix du logement, et la stagnation du pouvoir d’achat des salariés de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche est dramatiquement illustrée par un exemple concret.

 

Il y a 45 ans, un trois pièces de 65 m2 dans le 5ème coûtait environ 100 000 Francs. Le salaire d’un Chargé de Recherche, docteur ès-sciences, ou d’un Maître de Conférence débutant, s’élevait à environ 2000 Francs. Le prix d’un trois pièces correspondait donc  à environ cinquante mois du salaire d’un jeune travailleur  scientifique. Avec un emprunt sur quinze ans, la charge du remboursement des emprunts ne dépassait pas le tiers du salaire.

 

Aujourd’hui, le salaire d’un Chargé de Recherche  est d’environ 2000 Euros, et le même appartement coûte environ 600 000 Euros, voire plus. Autrement dit, son prix correspond à environ 300 mois de salaire, soit un renchérissement relatif effectif de l’immobilier parisien d’un facteur six ! Les prix du logement interdisent radicalement à un jeune salarié de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de devenir propriétaire, voire de  se loger à Paris, a fortiori dans le 5ème 

 

La section du PCF du 5ème arrondissement considère qu’il est de l’intérêt public, du dynamisme et de la fécondité des activités universitaires, du CNRS, des Ecoles et des laboratoires du 5ème arrondissement, et au delà dans tout Paris, de proposer des mesures permettant aux jeunes salariés des Universités et des laboratoires du 5ème de pouvoir se loger aux environs de leur lieu de travail.

 

C’est pourquoi notre section s’adresse aux Conseillers de Paris, et en particulier aux conseillers de Paris  du PCF et du Front de Gauche, pour que des critères professionnels s’ajoutent aux critères déjà existants  pour l’attribution des logements sociaux  de la ville de Paris. Ces critères professionnels devraient faciliter à un jeune salarié, ou à un couple de jeunes  salariés, de l’Université ou de la Recherche,  d’accéder plus facilement au logement social de catégorie PLUS (plafond de ressources à hauteur de 22800 € pour une personne seule, 34000 €  pour un couple) ou de catégorie PLS (plafond de ressources à hauteur de 29650 € pour une personne seule, 44300 € pour un couple). Les chances de succès d’un demandeur de logement PLS sont nettement plus élevées que pour un logement PLAI, car la pression pour ces derniers est bine plus forte.

 

La section du 5ème ardt du PCF ne se préoccupe pas seulement du logement des jeunes travailleurs universitaires. Elle milite pour que la proportion de logements sociaux dans le 5ème atteigne  au minimum  celle qui est imposée en moyenne à la Ville toute entière dans le cadre de la loi SRU, soit 20% de logements sociaux. Elle se félicite des succès du groupe communiste et FdG du Conseil de Paris pour l’augmentation du parc de logement social dans la capitale en 2013.

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 08:09

Sans-titre.jpg

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 16:40

Nous, ouvriers de PSA Aulnay, sommes en grève reconductible depuis le 16 janvier 2013. Nous refusons de grossir les rangs de Pôle emploi, car c’est l’avenir que nous prépare la famille Peugeot.

Comme vous le savez, le plan de PSA, c’est non seulement la fermeture de l’usine d’Aulnay, mais aussi plus de 10 000 salariés jetés sur le carreau. A quelques jours de la fin de pseudo négociations, on en est toujours au même point : aucune garantie sérieuse quant à l’avenir des salariés menacés de licenciement ! Voilà pourquoi, après maintenant deux ans de lutte, marquées par des journées de grève et de manifestation, nous avons décidé la grève reconductible.

Depuis le début du mouvement, PSA fait tout pour nous démolir : calomnies répandues dans la presse, armée de vigiles et de cadres qui quadrillent l’usine. Et maintenant des sanctions :

6 militants, qui sont en première ligne dans la lutte contre la fermeture de leur usine, sont convoqués par la sureté territoriale. Parmi eux, 4 sont en mise à pied conservatoire en vue d’un licenciement.

Notre grève intervient dans un contexte d’attaques tous azimuts contre le monde du travail. Licenciements massifs, mais aussi accords destinés à baisser les salaires et rendre les salariés encore plus flexibles. L’accord sur la « sécurisation de l’emploi », que le gouvernement s’apprête à entériner tel quel, est en réalité une régression sociale colossale !

Sous prétexte de « moderniser » le marché du travail et la fonction publique, c’est tout le monde du travail qui est menacé de précarité !

Si notre grève suscite l’hostilité du grand patronat et du gouvernement, en revanche elle recueille la sympathie de nombreux salariés. Des rencontres ont eu lieu avec des travailleurs d’autres entreprises, notamment ceux de Renault, où Ghosn espère mettre en place un accord de « compétitivité » qui ne vise qu’à maintenir les profits aux dépens des salariés. Beaucoup citent notre grève en exemple et l’idée d’une riposte commune fait son chemin !

Salariés, notre grève peut devenir la vôtre et mettre un coup d’arrêt à l’offensive conjointe du patronat et du gouvernement. Popularisez-la, aidez-la financièrement, défendez l’idée que c’est tous ensemble qu’il faut lutter.

Envoyez vos soutiens au nom de l’association : Soutien aux salariés de l’automobile du 93 A l’adresse suivante : 19-21 rue Jacques DUCLOS, 93600 Aulnay- sous-Bois.

Soutien financier par internet : www.soutien-salaries-automob.... infos sur la grève : http://cgt-psa-aulnay.fr

 

 


 
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 13:15

75 % : les sages au secours des riches

Le retoquage des « 75 % » par le comité des 12 « sages » réactionnaires du Conseil Constitutionnel donne un très mauvais signe. Toutefois, en proposant un projet mal ficelé du point de vue juridique, le gouvernement devait s'y attendre dès le départ. Aujourd’hui, des voix s’élèvent, à droite, mais aussi parfois à gauche, pour dénoncer le caractère confiscatoire de cette mesure. En réalité, au haut niveau de revenu auquel cette taxation s’adresse – au-delà du million d’euros –, c’est marginal. A peine plus de 1 500 contribuables sont concernés.


Qu'est-ce que serait une véritable réforme fiscale ?

Il faudrait aller beaucoup plus loin et travailler à une véritable refonte de notre fiscalité. Il faut une réforme complète du barème de l’impôt sur le revenu, en rétablissant une réelle progressivité, en allant au minimum vers 9 tranches, au lieu des 5 tranches actuelles. Et porter le taux sommital de cet impôt à 65-70 %. Et il faut concevoir une accélération de la progressivité à partir d’un revenu se situant entre 30 000 et 35 000 euros par an, par foyer fiscal. D’autre part, l’ensemble des revenus des contribuables, du travail comme du capital, doivent y être soumis. Il s’agit, dans cette optique, de revoir toutes les niches fiscales participant à baisser l’impôt des plus riches – cette « optimisation fiscale » qui coûte plus de 50 milliards d’euros à l’État.


Au- delà du cas Depardieu…

L’affaire Depardieu braque les feux sur la fiscalité sur les hauts revenus, qui, en effet, doivent contribuer davantage. Mais attention à ne pas détourner l’attention de la question centrale du financement public par les entreprises. Il s’agit d’élargir la base de la fiscalité, donc de relancer l’activité économique. Ce qui pose la question à la fois d’une autre politique du crédit et d’une réforme de la fiscalité des entreprises pour y introduire de la progressivité et une modulation en fonction de l’utilisation des bénéfices pour le développement de l’emploi, la formation, la recherche.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:20

1) Quand a été écrit le Manifeste du Parti Communiste ?

a) 1789

b) 1848

c) 1968


2) De quand date la fondation du PCF ?

a) 1920

b) 1990

c) 1848


3) Qui était Ambroise Croizat ?

a) Un champion cycliste des années 50

b) Un ancien maire du Ve arrondissement

c) L'architecte de la Sécurité Sociale en France


4) Parmi ces artistes, lequel n'a pas été adhérent au Parti Communiste Français ?

a) Picasso

b) Aragon

c) Fernand Léger


5) Combien le PCF compte-t-il d’adhérents?

a) 2000

b) 20000

c) 138000


6) Combien y a t-il de députés et sénateurs communistes?

a) 2

b) 10

c) 27


7) Combien y a t-il d'élu(e)s communistes dans les collectivités territoriales (régions, départements, mairies)?

a) 500

b) 5000

c) 10 000


8) Qui est aujourd'hui le secrétaire nationale du Parti Communiste Français?

a) Georges Marchais

b) Pierre Laurent

c) Jean Luc Mélenchon


9) Quel est le seul événement qui rassemble chaque année plus d'un demi million de personnes autour de débats, de concerts et d'expositions ?

a) Le Tour de France

b) La Fête de l'Huma

c) Le défilé du 14 Juillet


 

Réponses :

1) b : C'est Marx et Engels qui en quelques mois rédigent le célèbre manifeste se terminant par le fameux « Prolétaire de tous les pays, unissez-vous ».

2) a : C’est lors du congrès de Tours en 1920 que la majorité des délégués de la SFIO décident de rejoindre l'Internationale Communiste.

3) c : Député communiste et ministre du travail en 1945-46, Ambroize Croizat, surnommé le « ministre des travailleurs », a mis en place la sécurité sociale.

4) Aucun, ils étaient tous membres du PCF ! Les communistes ont toujours considéré que la lutte pour l'émancipation était inséparable d'un effort constant pour que savoir et émotions ne soient pas réservés aux élites. C’est cette conviction qui est à l’origine de la richesse des politiques culturelles menées dans les municipalités communistes malgré les politiques gouvernementales régressives : le théâtre Jean Vilar à Vitry, la MC 93 à Bobigny, le centre de développement chorégraphique du Val de Marne… 

5) c : Il y a en France 138000 adhérents au Parti Communiste Français, ce qui fait de nous le 3è parti de France et assurément la première force militante.

6) c : Il y a 20 sénateurs et 7 députés. Ils ont refusé de voter le budget d'austérité du gouvernement  Ayrault. 

7) c : Le PCF compte près de 10 000 élus locaux et 800 municipalités de toutes tailles. 

8) b : Depuis 2010, Pierre Laurent, sénateur de paris, est le secrétaire national du PCF. 

9) b : La fête de l’Humanité a été créée en 1930 par Marcel Cachin, un des fondateurs du PCF alors directeur du journal communiste L'Humanité. Cette grande fête populaire et politique est en très grande partie organisée par les militants communistes venus de toute la France. La dernière édition a encore accueilli 650 000 visiteurs.

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 00:30

 

audin.jpg

Alger, 1957 : depuis 2 ans le Parti Communiste Algérien est interdit. Maurice Audin, père de 3 enfants, jeune mathématicien brillant, milite dans une section clandestine pour la libération nationale, à l'instar de nombreux communistes algérien d'origine européenne. En Juin il est arrêté par les hommes du général Massu, torturé … puis il disparaît. Sa femme, Josette, qui demande aujourd'hui au président Hollande que lumière soit faite, ne le reverra jamais.

 

 

 

L'affaire Audin est symptomatique du cas de milliers de jeunes militants algériens qui disparaissent à cette époque et de la formidable répression mis en place par l'armée française et le pouvoir en place en Algérie comme en France. 50 ans après, alors que le ministre de la Défense a rendu un hommage déplacé le mois dernier au général Bigeard, alors que les députés de droite rêve de réécrire l'histoire des pages les plus sombres du colonialisme et de ses guerres, les communistes plus que jamais le président à tout mettre en œuvre, y compris la levée du secret militaire, pour lever le voile sur cette affaire.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 12:35

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 14:55

Les adhérents du Parti communiste français étaient appelés aux urnes ce 14 et 15 décembre 2012 afin de déterminer leur base commune de discussion pour leur 36ème congrès, qui se tiendra du 7 au 10 février 2013 à Aubervilliers. Le texte « Il est grand temps de rallumer les étoiles - Humanifeste du Parti communiste à l'aube du siècle qui vient », a été adopté à la majorité des suffrages exprimés.

Ce résultat marque une forte volonté des communistes de poursuivre et amplifier la dynamique engagée depuis leur dernier congrès. Il témoigne également du souffle et de l'ambition par lesquels ils veulent nourrir leur combat face à la crise et au capitalisme, dans une Révolution citoyenne plus que jamais nécessaire.

Le texte adopté est désormais le bien commun de l'ensemble des communistes. Mais ce vote est loin de clore les débats. Il ouvre une nouvelle phase de notre réflexion qui doit nous permettre d'approfondir et de préciser nos analyses comme nos orientations. Qui doit nous permettre également nous rassembler plus encore. Dans les semaines qui viennent, les communistes vont poursuivre le travail engagé afin d'enrichir cette base commune et de faire de notre congrès un événement politique retentissant pour notre peuple.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 18:11

Le débat sur le budget de la ville de Paris vient de se terminer. Les élu(e)s du groupe communiste et du parti de gauche ont obtenu plusieurs avancées significatives afin de répondre mieux aux aspirations des parisiens.

  • Pour le logement : + 10 millions au compte foncier

Les parisiens sont confrontés à une grave crise du logement. En augmentant le compte foncier, nous garantissons l’augmentation du nombre de logements sociaux.

  • Pour les écoles : + 300 000 aux classes de découverte

Les classes de découverte sont une richesse pour les élèves parisiens. Cela leur apprend à s’ouvrir sur le monde et à vivre ensemble. Nos élu(e)s se sont opposé(e)s à la nouvelle baisse budgétaire prévue.

  • Pour les personnels de la ville : les vacataires inclus dans le plan de déprécarisation

La qualité des services publics proposés aux parisiens passe par des personnels stables, en nombre suffisant. Plusieurs milliers ont des emplois précaires, très mal payés. Les vacataires (comme ceux qui travaillent dans les centres de loisirs) n’étaient pas initialement prévus dans le plan de déprécarisation qui sera débattu dans un prochain conseil. Par l’action de nos élu(e)s, c’est chose faite. Affaire à suivre ! Les élu(e)s restent mobilisé(e)s pour la titularisation de tous les précaires de la ville !

  • L’engagement de l’Etat envers la collectivité parisienne

Au lieu de rompre avec les politiques de la droite, le gouvernement a décidé de maintenir le gel des dotations qu’il verse aux collectivités et de les baisser les années suivantes. Le maire de Paris a renoncé à réclamer à l’État le milliard d'euros qu'il lui doit au titre de transferts de compétences non compensés. La Ville de Paris doit faire valoir ses exigences au nom des Parisiennes et des Parisiens !

  • La lutte contre la spéculation

La spéculation immobilière à Paris bat des records, et chasse progressivement les catégories les plus populaires de la capitale. La Ville de Paris doit avoir une politique plus ambitieuse en matière de logement, pour endiguer l'exode social et exiger du gouvernement l’encadrement à la baisse des loyers et du foncier et l'application de la loi de réquisition des logements vides.


 

Le gouvernement veut imposer une politique d’austérité aux collectivités. Pour le Front de Gauche et ses élues, c’est une impasse ! A Paris comme ailleurs, contre l’austérité, faisons le choix de l’humain d’abord !

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 20:39

L’instrumentalisation de la fatigue des enfants à l’école risque de creuser les écarts entre les enfants, notamment ceux issus des classes populaires, car c’est une fois de plus, moins d’école pour ceux qui en ont le plus besoin. L'échec scolaire n’est pas dû à la fatigue mais à la difficulté de l’école à faire entrer tous les élèves dans les apprentissages.

Le débat sur les rythmes scolaires doit s’ancrer sur des idées fortes : tous les enfants sont capables d’apprendre. Il leur faut plus d'école et une meilleure école qui prenne en compte leurs difficultés ( enseignants formés, dispositif RASED…) ; une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans.

La réforme des rythmes scolaires ne doit pas signifier le désengagement de l’État : aujourd’hui, chaque nouveau transfert de charges sur les collectivités territoriales se fait au détriment du statut des personnels, de l'emploi et du service public, notamment dans les villes les plus populaires. Toutes les disciplines, mêmes celles non inscrites dans « le socle commun de connaissances et de compétences » comme l’Éducation Physique et Sportive, les arts plastiques ou la musique, doivent être enseignées partout avec le même niveau d’exigence. L’éducation est et doit rester nationale !

Manifestation des enseignants mercredi 19 décembre 10h, RDV Place de la Sorbonne.
Partager cet article
Repost0