Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 19:30

Une autre politique à gauche est possible

Nous voulions le changement, nous avons eu l’austérité !

Nous voulions l’abrogation de la loi HPST, nous avons toujours Claude Evin et les ARS !

Nous voulions des hôpitaux 100 % publics de plein exercice et des centres de santé pour répondre aux besoins des populations, nous avons la fermeture des urgences à l’Hôtel Dieu, celle programmée d’A.Chenevier, de Saint-Antoine, de Bichat et Beaujon… ou la maternité des Lilas ou des Bluets…

Nous voulions le remboursement à 100% par la Sécurité sociale, nous avons l’aggravation des dépassements d’honoraires.

La politique d’austérité, adossée aux effets dramatiques de la loi HPST, déstructure l’offre publique hospitalière, détricote le tissu sanitaire et médico-social de proximité, aggrave le renoncement aux soins avec :

  • l’augmentation des forfaits et autres restes à charge, les franchises médicales, les déremboursements et les dépassements des honoraires médicaux

  • la dégradation des équipements et des conditions de travail

  • la casse des emplois.

Les solutions

Le niveau des richesses nationales et la nature des besoins à satisfaire sont sans commune mesure. L’argent existe pour réorienter les moyens nécessaires à la refondation d’un système de protection sociale universelle et solidaire. Une refonte du financement branchée sur le développement de l'emploi et des salaires est nécessaire :

  • 30 milliards d’exonérations des cotisations patronales, pesant de presque autant sur la dette de l’état

  • 1 milliard de non-déclaration des maladies et accidents liés au travail

  • 172 milliards de niches fiscales et sociales

  • 20 milliards de fraudes patronales…

  • 75 milliards avec la mise place d’une cotisation sociale sur les revenus financiers des entreprises.

  • Développement des cotisations sociales, notamment patronales avec modulation des taux de cotisations en fonction du développement de l'emploi et des salaires.

Repost 0
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 09:55

Snesup Paris 1


Le projet de loi sur l’ESR a été voté à l’Assemblée Nationale et est en cours de discussion au Sénat. Pour exprimer notre opposition à ce projet de loi et exiger une toute autre loi, à l’appel de nombreuses organisations – dont le SNESUP-FSU – une manifestation aura lieu à Paris le mardi 18 Juin.
Elle partira de Jussieu à 14h pour se rendre au Sénat, en s’arrêtant devant le Panthéon vers 15h.

Des interventions sont prévues. Des effigies symbolisant ceux et celles qui ne pourront travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche y seront déposées.

Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 17:12

Notre pays s’enfonce dans une crise. Le choix de l’austérité, de la compétitivité à tout prix et du dogme de la réduction de la dette et de la dépense publique appauvrissent les peuples de France et d’Europe, cassent les solidarités, aggravent les inégalités et la précarité, empêchent la transition écologique. Ces politiques s’imposent sans les peuples et contre eux. Ces orientations conduisent à l’échec.

Un an après son élection, le divorce est profond entre François Hollande et la majorité des Français qui subissent la crise. Ceux-ci ne se retrouvent pas dans les choix économiques du gouvernement qui se plie aux logiques dominantes de la finance et du patronat, consistant à une captation toujours plus grande par le capital des richesses produites par le travail. Si la loi concernant le mariage pour tous a été votée, et nous nous en félicitons, elle n’efface pas toute une série de choix régressifs comme le « choc de compétitivité » payé par la hausse de la TVA, l’adoption du Traité budgétaire européen et de l’ANI, la poursuite de la casse des services publics, les attaques sur les retraites et la protection sociale, la régularisation extrêmement restrictive des sans-papiers, l’absence d’ambition écologique.

Aucune grande réforme démocratique n’est entreprise pour favoriser l’implication citoyenne, du monde du travail et faire de l’égalité une réalité. Sont abandonnés la loi d’amnistie des syndicalistes, le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales dès 2014, le renforcement du mode d’élection à la proportionnelle, le non cumul des mandats, les droits nouveaux des salariés. Il faut mettre un coup d’arrêt à cette politique, enclencher un processus qui nous permette de changer de cap ! Sans cela l’accroissement continu du chômage et la désespérance sociale risquent d’ouvrir la voie à une droite revancharde et à l’extrême droite.

Mais l’avenir n’est pas joué. Des résistances s’organisent et s’activent, des alternatives se construisent ; il s’agit de renforcer ces mobilisations, de s’appuyer sur ces mouvements profonds de la société pour engager de nouvelles dynamiques majoritaires porteuses d’espoir.

Nous appelons tous ceux et celles qui se retrouvent dans ce constat et ce projet, militant-e-s politiques de gauche, syndicaux et associatifs, intellectuels, artistes, dans le respect de leur diversité, organisations, à se retrouver pour changer les rapports de force, imposer et mettre en œuvre une autre politique, élaborer et porter ensemble des propositions pour la transition vers un nouveau modèle de société écologique, social, féministe et démocratique. Nous appelons à une première étape nationale de ce processus à l’occasion d’Assises le 16 juin.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Les Communistes
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 19:10

Un débat sur les services publics à Paris a réuni les différentes composantes de la gauche parisienne (PS, EELV, Front de Gauche-PCF, PRG). Tous les représentants ont affirmé leur volonté d'offrir aux Parisiens un service public de qualité. Le secrétaire du PCF et sénateur de Paris, Pierre Laurent, a souligné qu'une municipalité de gauche doit se juger à la fin de sa mandature en terme de progrès des services publics. A ce titre, la municipalisation de la distribution de l'eau à Paris en 2010 est une vraie avancée. Notre bataille est désormais la remunicipalisation totale du circuit de collecte des déchets dans tous les arrondissements.

Les égoutiers (dont l'espérance de vie est de 17 ans inférieure à la moyenne des Parisiens !) ont alarmé sur la baisse constante de leur effectif, alors que le réseau des égouts, lui, ne décroît pas. Comme dans de nombreux services leurs conditions de travail sont déplorables. Ian Brossat (PCF) a insisté sur ce point : il ne suffit pas, par exemple, de proposer des extensions d'horaires de métro, mais il faut par d'ailleurs s'assurer que les emplois sont là pour assurer le service.

Loin des visées politiciennes et des ambitions personnelles, les communistes veulent mener, à l'occasion des municipales de l'année prochaine, un débat sur ce qui compte vraiment pour les Parisiens : le logement, les services publics municipaux, la santé...

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Municipales
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 01:07

Après l'échec de l'élection surmédiatisée du président de l'UMP en novembre, la droite s'est encore illustrée par son désintérêt total pour les problèmes des français, et à l'occasion des primaires pour la mairie de Paris.
Sans surprise, la favorite Nathalie Kosciusco-Morizet a été choisie. Mais la participation a été très faible (20074 Parisiens : il en fallait plus du double pour ne serait-ce que rembourser cette opération de com')... L'affaire a failli tourner au ridicule quand, quelques heures seulement après l'ouverture du scrutin électronique, il a été fait la preuve qu'il était possible de voter plusieurs fois.
Pendant les semaines que durait cette campagne, on a pu mesurer la pauvreté du niveau des différents candidats, et leur profond dédain pour les attentes des Parisiens, notamment les plus populaires. Parmi les propositions des candidats citons  : freiner la construction des logements sociaux à loyers modérés, installer 50 000 caméras de surveillance supplémentaires, généraliser le travail le dimanche, non remplacement des employés de la mairie de Paris…
A un an des municipales, l'heure n'est donc pour l'UMP ni à l'écoute des besoins et des attentes des Parisiens, ni à la proposition de mesures concrètes pour améliorer leur vie quotidienne mais, comme toujours, au carriérisme et aux querelles personnelles.

Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Municipales
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 09:27

 

Le 23 Mai dernier, le PCF organisait avec les autres composantes du Front de Gauche une assemblée citoyenne sur le thème des élections municipales, en présence de Ian Brossat, président communiste du groupe PCF-PG à la mairie de Paris et de Danielle Simonnet, élue du Parti de Gauche. C'était l'occasion pour eux de revenir sur le bilan de notre groupe lors de la mandature en cours.

Du côté du bilan:

Sous l'impulsion de nos élus, la majorité sortante a repris et amplifié la construction de logements sociaux, chantier largement abandonné par la droite et pourtant crucial dans la lutte contre la spéculation immobilière et pour la mixité sociale.

De nouveaux équipements publics ont été acquis par la municipalité, mais les personnels nécessaires à leur exploitation dans de bonnes conditions n'ont pas été embauchés. Il a été procédé simplement à un redéploiement des employés déjà en fonction, avec ce que cela implique en terme de dégradation des conditions de travail pour eux, et de qualité de service pour les parisiens. La qualité du service public passe par l’embauche de davantage de personnels sous statut de fonctionnaire et par la titularisation des précaires dans ces équipements. C'est ce pour quoi se bat le groupe PCF-PG à la mairie de Paris.

Les enjeux et les urgences:

La municipalité doit contribuer à assurer un service public de la santé de qualité, notamment en luttant contre les fermetures de centres hospitaliers et de centres de santé publics, notamment municipaux et mutualistes, tels que la Mutualité dans le 5ème ou l'Hôtel Dieu juste à côté de chez nous.

L'urgence est aussi à se battre pour renforcer nos écoles et s'opposer aux fermetures de classes, comme dans la maternelle de la rue Buffon. Dans notre quartier, il s'agit de rester attentif au projet de déménagement des collections du Muséum National d'Histoire Naturelle et des écoles d'ingénieurs de notre arrondissement.

La construction de logement sociaux, seul levier au niveau municipal pour enrayer la spéculation qui pousse de façon insensée les loyers et les prix à la hausse, doit être encore encouragée et accélérée.

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 15:59
C'est avec horreur que nous avons appris l'agression dans la nuit à Paris de Clément Méric, jeune syndicaliste et militant antifasciste.
Ce crime odieux intervient après la recrudescence de l'action de groupuscules d'extrême droite ces dernières semaines. La République ne peut tolérer le développement de ces groupuscules dont le sentiment d'impunité ne cesse de progresser.

Rassemblement en l'hommage de Clément Méric ce jeudi 6 juin à 18h30 Place Saint-Michel.
Soyons Nombreux !

Front de Gauche Vème

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 10:34

 

Le réalisateur Steven Spielberg, président cette année du jury de Cannes, a ouvert la cérémonie de remise des Palmes par ces mots : «L’exception culturelle est le meilleur moyen de préserver la diversité du cinéma».

Le sujet est d’actualité : alors que les Etats-Unis et l’UE négocient un accord de libre-échange, la France mène le combat pour en exclure le secteur audiovisuel au nom du principe de « l'exception culturelle » afin que la création puisse continuer de bénéficier de différentes aides publiques.
La Corée du sud, grand producteur de films, a signé l’année dernière un accord commercial avec les Etats-Unis, dès l’année suivante la production de films coréens a chuté de 25%. Est-ce ce que nous voulons ?


Bon à savoir :

 Dans chaque branche (cinéma, théâtre, télévision,...), il existe un système d'aide automatique à la création. C'est ainsi que le Centre National de la Cinématographie prélève un pourcentage sur tout billet de cinéma (quelque soit sa nationalité) pour apporter des aides à l'écriture, à la création ou à la diffusion d'œuvres d'expression française. C'est ce système ingénieux qui permet aux spectateurs de cinéma de soutenir le cinéma sans aucune aide de l’Etat. Cette aide française concerne aussi un certain cinéma étranger (exemples « primés à Cannes » cette année: les Frères Coen, Amat Escalante (« Heli » primé), Asghar Farhadi (« Le passé » primé), Rithy Panh (« l’image manquante » primé)).

Repost 0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 09:46

 

La qualité artistique du film d'Abdellatif Kechiche « La Vie d'Adèle » vient d'être récompensée à Cannes. L’expression « La Palme de plomb » émanant de celles et ceux qui ont travaillé sur ce film illustre l’amertume, voire les désillusions de professionnels qui vivent de plus en plus mal des conditions de travail insupportables, des infractions au Code du travail, des conditions de rémunérations au rabais avec la reconnaissance d’un film qui devrait pourtant les réjouir pour avoir obtenu la Palme d’Or.

Les conditions de production de ce film, œuvre qu'il ne s'agit pas de stigmatiser, sont au cœur de l’ensemble des dysfonctionnements et du malaise de la production cinématographique que dénoncent les syndicats et associations de techniciens et de réalisateurs depuis de très nombreuses années. L'extension de la convention collective au Cinéma est née en réponse à ces problèmes. Répandre l’idée que ses signataires voudraient « tuer le cinéma », alors qu'ils recherchent au contraire des solutions pérennes qui permettent àtous les films d’exister, est irresponsable.

Convention collective : retour sur quelques intox d'une campagne médiatique tapageuse

  • « Vous êtes les fossoyeurs du cinéma d’auteur et des films fragiles » INTOX !

C’est l’argument de la grande peur, et c’est surtout le plus cynique des aveux. Si cela était vrai, cela signifierait tout simplement que le système français du cinéma, dont on défend à longueur d’année la vertu, les emplois et les métiers de la branche industrielle… fonctionne justement sur un déni des droits sociaux élémentaires, mais au nom de l’art. Que les salaires sont en effet la variable d’ajustement du budget du film, et qu’aucun salaire minimum ne peut être garanti. Que le modèle dit « vertueux » de péréquation, de fonds de soutien, de financement du secteur, que tout l’esprit de l’économie encadrée est en fait une fable.

  • « 60 à 70 films vont disparaître » INTOX !

D’où vient ce chiffre ? La Société des Réalisateurs Français propose une toute autre évaluation qui prend en compte les réalités du fonctionnement des films à petit budget et la clause dérogatoire : ce serait moins de 10 films qui seraient concernés. C'est déjà trop mais loin des calculs opportunistes !

  • « Les films devront être délocalisés » INTOX !

Selon la Fédération des industries du cinéma et de l’audiovisuel, « le nombre de semaines de tournage de longs métrages à l’étranger (+ 31 %) suit une évolution opposée à celle du nombre de tournages en France (– 19 %) ». La faute à une convention collective qui n’existe pas  ??

Ce sont les oeuvres qui doivent relever de l’exception culturelle, pas le secteur.Il est quand même très difficile de soutenir le modèle redistributif du CNC, le système de financement encadré, la réglementation d'un secteur au nom de l’indépendance et de la diversité tout en refusant les éléments les plus classiques du droit social. Au delà de la convention collective, c'est au financement du cinéma qu'il faut travailler.Le système est vertueux mais il doit être amélioré pour permettre à tous les films d'exister dans le respect de ceux qui les font.

Repost 0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 16:20

Le Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e (CJPP5) organise aujourd'hui une table-ronde ouverte au public

Jeudi 30 Mai à 19h00


à La Maison fraternelle (37, rue Tournefort, Paris 5e) sur le thème :



"Palestine-Israël : Autres regards juifs"

avec la participation de

  • Pierre Stambul, mathématicien, enseignant, co-président de l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP),
  • Pascal Lederer, physicien,  Directeur honoraire au CNRS, co-animateur d'Une Autre Voix Juive (UAVJ),
  • David ElKaïm, membre du bureau de "Jcall",
  • Le débat sera conjointement modéré par Mme Christine Birnbaum, militante pour une paix juste et durable, et Pierre Saly, président du CJPP5.


    Entrée libre et gratuite (participation aux frais souhaitée)

    Métro : Censier-Daubenton, ou Place Monge,
    Bus : 27, 47
Repost 0
Published by PCF Paris 5e - dans Internationalisme
commenter cet article