Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 12:00

Xavier Darcos a dû renoncer à sa réforme il y a un an. Luc Chatel propose la sienne aujourd’hui. Il feint d’avoir manœuvré en recul mais prolonge les réformes les plus néfastes de ces dernières années.

1. La liberté… sans les moyens de l’exercer. Au nom d’une liberté illusoire, la réforme oblige en réalité les enseignants et les établissements scolaires à gérer la pénurie de moyens. Les dédoublements de classes sont actuellement garantis par des règles nationales. En supprimant ces règles et en laissant aux établissements la responsabilité de décider de ces dédoublements, la réforme autorise en fait l’État à ne plus fournir les moyens humains et financiers nécessaires.

2. Les inégalités seront renforcées par l’individualisation de la formation. La part des enseignements communs à tous les élèves diminue au profit de la mise en place de deux heures « d’accompagnement personnalisé ». Sous prétexte de répondre aux besoins de chaque élève, dans un contexte de pénurie généralisée, ces heures flottantes permettront d’ajuster les moyens humains.

3. Isoler les futurs travailleurs. L’accompagnement personnalisé, le « tutorat » facultatif, le « livret de compétences » du lycéen, mettent en danger le bac comme diplôme national, et font du lycéen nouveau un futur travailleur bien isolé. Il devra mettre en avant des compétences individuelles sans pouvoir en référer à une qualification commune à tous les bacheliers. Seul face à son employeur pour faire valoir sa valeur individuelle, il sera seul aussi pour négocier ses conditions de travail et de rémunération.

Les économies à court terme ne sont pas les seuls objectifs de ces réformes.
Avec un enseignement plus fragmentaire et des enseignants plus précaires, l’UMP prépare une société encore plus libérale et inégalitaire, pour le plus grand bonheur des capitalistes.

Partager cet article
Repost0

commentaires