Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 01:08

C’est de la tristesse de tous les communistes du 5e arrondissement que nous venons en ce jour de deuil apporter un témoignage.

Bernard nous a quitté  au lendemain de grandes batailles auxquelles il avait participé pendant deux tiers de siècle, porté qu’il était par une inextinguible soif de justice et un insatiable appétit de savoir, celui qu’on acquiert pour soi et celui qu’on transmet aux autres.

Débordant d’énergie il arrivait à conjuguer trois types d’activité. D’abord un investissement personnel dans des études de philosophie. Ensuite un militantisme syndical de haut niveau, puisqu’il fut membre de la direction du Syndicat national des instituteurs de la Seine puis de toute la région parisienne (dans le cadre de la CGT jusqu’en 1954 puis dans celui de la FEN puisque là était alors la masse des enseignants). Enfin un militantisme communiste intense et responsable qui le conduisit au bureau fédéral de Paris où il siégea de 1955 à 1977. Il y était chargé des questions de laïcité et du contact avec les instituteurs. Passionné par les questions internationales, il participa aux quatre festivals de la jeunesse qui se tinrent entre 1947 et 1951 et fut un collaborateur assidu de la Polex, la commission internationale du PCF.

C’est donc tout naturellement qu’il fut dans les années 1960 en charge des questions de laïcité et de rapports avec les enseignants du primaire auprès de la direction du PCF, contribuant ainsi aux avancées programmatiques communistes en la matière, et que simultanément il prit des responsabilités au Mouvement de la paix dont il fut secrétaire du comité parisien de 1971 à 1977 et membre du bureau national de 1971 à 1984. A ce titre il joua un rôle important dans les mobilisations contre la guerre américaine au Viet-Nam. Il fut aussi membre du secrétariat de France-Amérique latine.

Sa carrière professionnelle s’était continuée au milieu de cette fièvre de combats politiques tous conduits sous les drapeaux du savoir partagé, de la justice et de la paix pour tous les peuples et du progrès de l’humanité. Devenu PEGC il se vit bientôt confier des responsabilités de principal de collège qu’il exerça dans l’estime générale des collègues et des parents. Venu habiter dans le 5e arrondissement en 1963 il fut immédiatement choisi par ses camarades pour être secrétaire de l’organisation communiste de l’arrondissement jusqu’en 1969, passant ensuite dans le 6e pour une année. A ce titre il fut de toutes les batailles électorales dans la circonscription, aux municipales de 1965 et aux législatives de 1967 et 1968, réussissant à réunir sur son nom un nombre considérable de suffrages en 1967.

Parvenu à l’age de la retraite en 1983 il demanda à être libéré de toutes ses responsabilités de direction politique mais  resta un fidèle adhérent de base portant partout son universelle curiosité intellectuelle, littéraire et artistique. Ne fut-il pas un des fondateurs de l’association des amis d’Aragon et d’Elsa Triolet ! Ses dernières années furent assombries par le difficile combat qu’il mena pour retarder le glissement de son épouse Denise dans les ténèbres de l’Alzheimer. Mais cette fois encore ce combat pour l’humain il ne le mena pas qu’en solitaire. Il chercha à faire savoir le plus largement possible quelle était la dureté de ce combat et combien cette maladie était un problème de société dont la société toute entière devait prendre la mesure.

Telle fut la vie de ce lutteur pour la raison qui éclaire les esprits et la justice qui galvanise les cœurs.

Repose en paix Bernard. Nous serons nombreux à conserver le souvenir du juste que tu fus.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires