Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 19:14


L’ombre du pétainisme plane sur le débat…

 

Dans chaque département, le préfet est tenu d’organiser un débat sur l’identité nationale. Mardi matin, notre arrondissement a eu l’honneur douteux d’accueillir le débat parisien. En sortant le débat des préfectures et en choisissant le lycée Louis le grand, la volonté était claire de le rattacher à ses célèbres élèves, figures de proue d’une certaine idée de la France. Joël Vallat, son proviseur, a notamment évoqué Diderot, Voltaire, Hugo ou Aimé Césaire. Pourtant, au regard des dérapages qui ont, malgré les précautions, émaillé le débat, c’est plutôt le nom d’un autre élève du même lycée qui vient à l’esprit : celui de l’écrivain collaborationniste Robert Brasillach.

 

En effet, en dehors des invités officiels du débat, que les élus de gauche ont boycotté, les interventions ont été monopolisés par des militants d’extrême droite : d’Isabelle Laraque – militante au MNR – qui affirme que « les personnes qui se disent musulmanes sont forcément respectueuses de cette religion, qui, elle-même, est incompatible avec la France » à Martine Lehideux – membre fondatrice du FN – qui met en avant le baptême de Clovis comme un élément fondateur de l’identité française, contre la république.

 

Succès ? Pour l’extrême droite et ses thèmes de prédilection qui retrouvent une certaine visibilité, sûrement. Pour Sarkozy et ses manœuvres de diversion, sûrement pas. En banlieue, les débats n’ont attiré presque personne (Le Parisien du 12 janvier) et l’identité nationale est très loin d’intéresser la majorité des Français (sondage CSA du 21 décembre). Le piège tendu par la droite n’a pas fonctionné : sa tentative de détourner la majorité des travailleurs de la colère contre sa politique au service de la mondialisation capitaliste est un échec !

Les communistes dénoncent une manœuvre nauséabonde du pouvoir

 

Pendant ce temps-là, une quinzaine de militants communistes côtoyaient une poignée de représentants d’autres partis de gauche et un groupe de militants associatifs qui avaient aussi décidé de dénoncer le débat devant l’entrée. Pierre Laurent, membre du PCF et tête de file de la liste Front de Gauche en Île-de-France pour les régionales avait fait le déplacement avec deux élus communistes parisiens. Avec les communistes du 5e, il s’agissait de dénoncer l’absence totale de pertinence d’un débat qui n’est là que pour faire diversion alors que mécontentement contre la politique sociale destructrice du gouvernement est général.

 

Pour ce faire, le gouvernement n’hésite pas à utiliser les moyens les plus grossiers pour activer un sentiment de rejet xénophobe contre l’ensemble de la population immigrée, systématiquement stigmatisée dans tous ces débats. Les travailleurs sans-papiers sont les premiers visés par cette campagne ignoble, c’est-à-dire ceux qui subissent la pression et l’exploitation patronales la plus dure aujourd’hui. Ils sont à la merci des employeurs. Ceux-ci obligent souvent les sans-papiers à accepter des conditions de travail ne respectant pas le droit. Leur situation est ainsi utilisée pour mettre en concurrence les travailleurs et réduire les droits de tous. C’est cette situation que tentent de masquer les débats sur l’identité nationale en cherchant à opposer les travailleurs français et les travailleurs immigrés !

 

Depuis le 12 octobre 2009, ils et elles sont 6000 en grève et revendiquent leurs droits. Ils doivent être régularisés ! Les travailleurs et les travailleuses sans papiers sont en mouvement pour obtenir une circulaire de régularisation avec des critères améliorés, simplifiés, objectifs, et qui s’appliquent sans discrimination. Le rassemblement des travailleurs sans papiers devant le Panthéon, une heure après le début du débat aux relents xénophobes à deux rues de là, a été un succès et a porté ces revendications soutenues par le Parti Communiste Français.
Partager cet article
Repost0

commentaires

P

Bonjour

Merci pour le compte rendu.

L'indignation est justifiée, mais ignorer totalement le débat et ses manifestations est ma position. Que le FN et le MNR aient toute la parole qu'ils souhaitent dans ce débat montre bien son
fond.

Cordialement, paul


Répondre