Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 11:08
Les scandales récents autour de l'argent de la famille Bettencourt ont levé un coin de voile sur les pratiques à l'œuvre dans les grandes fortunes françaises tout comme les liens tissés entre celles-ci et un certain monde politique.

 

La dégradation de ces mœurs est directement liée à la montée du niveau des dividendes prélevés sur les richesses des entreprises au détriment des dépenses pour les salaires, les cotisations sociales et les impôts
ainsi qu’à la concentration de ces dividendes entre les plus gros actionnaires.

 


Chez L'Oréal, le montant des dividendes a progressé chaque année en moyenne de 13,3 % par an. Leur cumul de 2000 à 2009 s'élève à plus de 6 milliards d'euros, dont plus de la moitié aux deux principaux actionnaires,  Bettencourt (31 % du capital) et Nestlé SA  (29,8 %) en 2009.

 

En pleine crise la famille Bettencourt a donc touché en 2009 de l'ordre de 280 millions d'euros (+ 5 % sur 2008) sous forme de dividendes de L'Oréal

 

Cet enrichissement de la famille Bettencourt a été possible pour deux raisons :

D'une part, parce qu'il a été décidé d'accroître chaque année les prélèvements en dividendes sur le résultat net de l'entreprise,

 

D'autre part, parce que les deux principaux actionnaires ont décidé de détruire une partie des capitaux propres de L'Oréal pour accroître leur poids dans le capital,

 

Des rachats d'actions aux frais de l'entreprise

Pour cela ils ont fait racheter ses titres par l'entreprise elle-même pour un montant de 5,1 milliards d'euros de 2005 à 2009, générant d'importantes sorties de trésorerie. Ce qui, d'un côté, a enrichi des actionnaires minoritaires qui ont bénéficié de ces rachats et, de l'autre, à favorisé le renforcement du pouvoir du noyau dur des actionnaires, Bettencourt et Nestlé SA, (55,3 % en 2005 pour 60,8 % en 2009) sans que ces derniers aient engagé le moindre capital.

 

 

Voilà comment la famille Bettencourt a pu, aux frais de « la marquise L'Oréal»  augmenter de moitié ses dividendes en quatre ans.

 

Comme cela ne devait sans doute pas suffire, l'assemblée générale des actionnaires a décidé de verser à partir de 2012 une prime de 10 % supplémentaires des dividendes aux actionnaires les plus fidèles. Mais, sans doute par décence, seulement sur un nombre d'actions limitées. Il est vrai que chez L'Oréal, on ne badine pas avec l'éthique comme nous le rappelle le texte de présentation des comptes 2009 :

«La réussite économique repose aussi sur une éthique partagée par tous. Les hommes et les femmes de L'Oréal mettent leurs efforts à faire de leur entreprise un modèle emblématique de responsabilité citoyenne. Une entreprise solidaire des communautés humaines qui l'entourent et ouverte aux problèmes de son temps avec pour objectif de rendre le monde plus beau.

Pour tous, dans le monde entier, L'Oréal fait rayonner la beauté universelle. »

Partager cet article
Repost0

commentaires