Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 11:13
Et pourtant en ces temps de crise, pour les travailleurs (salariés, chômeurs, précaires, retraités) « c’est pas la fête ! ».

Et la mobilisation et la colère sont là, palpables. La peur aussi. Peur devant un gouvernement qui bafoue les droits les plus élémentaires des citoyens en les laissant en pâture aux logiques capitalistes : le droit à la santé, le droit au logement, le droit à l’éducation, le droit de grève ! Et bientôt le droit de manifester ?

Sous prétexte de nous libérer de nos peurs on nous y enferme et le nombre d’atteintes aux libertés bat des records : vidéosurveillance, loi antibandes etc.

A propos de cette dernière, l’Histoire bégaie : la loi antibandes d’aujourd’hui recopie quasiment au mot à mot la loi anticasseurs d’il y a presque quarante ans. En effet avec des arguments proches de ceux avancés aujourd’hui par Michèle Alliot-Marie et Christian Estrosi, Marcel Auriol député RPR en 1981 bataillait contre l’abrogation de la loi anticasseurs en œuvre depuis 1970 (1968+2=1970)… Robert Badinter était à l’origine de son abrogation et la qualifiait d’ « horreur juridique ». Furent ainsi jugés et condamnés, par dizaines, des manifestants, sidérurgistes, agriculteurs, commerçants, artisans, syndicalistes ou étudiants après des violences ou des bris de vitrine au cours de manifestations… Nul besoin de preuves, il suffisait d’appartenir au mouvement où même de passer par là… Sarkozy a déjà fixé le tarif, le 18 mars, ce sera 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende pour quiconque aura fait partie d’ «un groupement, même formé de façon temporaire, qui poursuit le but de commettre des violences contre les personnes ou des dégradations de biens ». Mais aussi pour celui qui « ne portant pas lui-même d’arme, participe volontairement à un attroupement dont une ou plusieurs personnes portent des armes apparentes ». C’est une nouvelle atteinte à la liberté et une régression de plus vers un Etat policier !

Partager cet article
Repost0

commentaires