Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 17:40


Bernard Thibault appelle à « un 1er mai pas banal », compte tenu de la force des mouvements revendicatifs en cours et du violent refus de négocier de la part du patronat, du président et de leur gouvernement. Dans « l’Humanité » du 9 avril, Danielle Tartakowsky relève que ceux pour qui « la grève est difficile », peuvent trouver eux aussi en cette occasion un espace de lutte, un appel à ceux qui dans les entreprises, et pas seulement dans les PME, dans le secteur privé mais aussi en de nombreux endroits du secteur public, sont en butte à une surveillance et à une répression plus ou moins explicites.

Elle rappelle aussi que, au cours de son histoire, le 1er mai « s’est affirmé comme un mythe social de libération collective […] un principe d’espoir, porteur d’une vision du devenir et du monde à laquelle se sont longtemps identifiées la classe ouvrière et la CGT», tandis que d’autres organisations restaient étrangères à cette vue et à cette tradition, ce qui s’est traduit bien souvent par l’organisation d’initiatives dispersées, du moins à l’échelle nationale. Il y a eu cependant des 1er mai d’unité, dans les années 73-79, mais aussi en 2002 face à Le Pen qui, à l’exemple de Hitler et Pétain, voulait confisquer le 1er mai.

Cette année, il s’agit d’autre chose, quand les 8 confédérations, CFTC et CFE-CGC comprises, se rassemblent sur des principes offensifs convergents, de réponse à la crise, avec une préparation fondée sur la continuité des luttes des dernières semaines, sur la base d’un accord adopté le 5 janvier en commun, qui porte non seulement sur des revendications communes, mais sur des propositions sociales, économiques, fiscales, pour rendre possible, concrète, la réalisation de ces revendications. Il y a là, observe Georges Séguy, une unanimité syndicale « historique ».

Ce 1er mai 2009 peut alors devenir un moment important, voire décisif, de renforcement des initiatives et propositions du monde du travail face à la crise du capitalisme, allant dans le sens d’une alternative véritable à ce type de société.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Je vous invite à lire et à méditer l'article d'Anne-Cécile Robert : "Quand le jeu politique asphyxie le mouvement social " dans "le Monde Diplomatique" de mai 2009.
Bonne lecture, salut et fraternité,
Répondre