Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 13:14


Les institutions de Bruxelles baignent littéralement dans les milieux d’argent. Il n’existe pas moins de 15 000 spécialistes du lobbying travaillant directement au contact des fonctionnaires et des « élus » européens, parmi lesquels on retrouvera des membres de lobbies industriels, de syndicats patronaux, d’ONG, d’entreprises d’expertise, de relations publiques ou de communication. Les bureaux d’études sont des acteurs importants de ce système. Non-institutionnels, regroupant pêle-mêle des industriels, des députés européens, d’anciens membres de la Commission, des avocats, des spécialistes du droit ou des journalistes, ils produisent des rapports dont l’influence est prépondérante. Certains sont même réalisés à la demande de la Commission et financés par cette dernière. Chose incroyable, les lobbies sont reconnus officiellement par les institutions de Bruxelles, ce qui en France provoquerait un tollé.

Parmi les acteurs gravitant autour de Bruxelles, un au moins gagne à être connus, l’UNICE : il s’agit, en quelque sorte, du « MEDEF européen ». Reconnu officiellement depuis 1958, ce qui lui donne un accès quasi illimité aux structures de décisions, il a le statut de « partenaire social européen », ce qui lui permet de signer des accords-cadres avec la Confédération Européenne des Syndicats qui seront par la suite transcrits automatiquement en directives (Ce fut le cas pour le congé parental (1995), le travail à temps partiel (1997), le contrat de travail à durée déterminée (1999). L’UNICE et la CES ont par ailleurs signé des accords constituant la base de référence aux négociations nationales sur le télétravail en 2002, sur le stress en 2004, sur le harcèlement et la violence au travail en 2007.). L’UNICE dépasse en outre les frontières de l’Union, représentant 38 fédérations patronales de 32 pays européens. Disposant de moyens colossaux, elle peut mobiliser plusieurs centaines d’experts dans les plus brefs délais afin d’accomplir une mission.

Dans la pratique, les lobbies patronaux agissent en amont afin que les propositions émanant de la Commission, puis « soumises à débats » (au parlement ou entre les « partenaires sociaux »), se placent d’emblée sur le terrain patronal. La discussion qui suit est donc biaisée. Par la suite, ils pèsent de tout leur poids sur le cours des débats, soit comme partenaire social, soit en faisant pression sur les parlementaires ou leurs partis (relations permanentes, influence sur la presse, clientélisme, etc.). On retrouve leurs publications avant chaque sommet européen et de façon intensive pendant les travaux de révision des traités, comme lors de la Convention présidée par Valéry Giscard d’Estaing.

Rappelons-nous cette petite phrase de Pascal Lamy, annonçant, le 29 octobre 1999, devant les principaux patrons des entreprises européennes et américaines : « Nous ferons ce que nous avons à faire d’autant plus facilement que, de votre côté, vous nous indiquerez vos priorités ». Cela se passe de commentaires...

Le 7 juin, en votant pour le Front de Gauche, nous pouvons dire NON aux défenseurs de l’Europe capitaliste pour qui la démocratie n’est plus l’exercice d’un pouvoir s’appuyant sur une majorité de citoyens, mais l’arbitrage entre les différents groupes de pression. Car dans cette course à l’influence politique, inutile de préciser quels sont les acteurs dont les moyens sont les plus lourds.

Partager cet article
Repost0

commentaires