Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 20:21
De la maternelle à l’université l’objectif du gouvernement est le même : détruire le système éducatif. Toute la cohérence de sa politique est là : l’école ne doit avoir qu’un objectif : la formation d’une force de travail malléable à souhait !



Pour les maternelles, supprimer les petites et moyennes sections et les remplacer par des « jardins d’accueil » sous la garde de personnels sans diplôme de professeur des écoles revient à tirer un trait sur tout ce que les tous petits apprennent : apprendre à parler, compter, initiation à la culture, socialisation…

A l’école primaire, la suppression des RASED (Réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté)  se poursuit en catimini. Les enfants en difficulté doivent aller à « l‘aide personnalisée», généralement au cours de la récréation de midi : ces horaires sont incompatibles avec le rythme de l’enfant.

Au collège et au lycée, la destruction du système éducatif est en cours ou suspendu, avec d’ores et déjà des enseignements y sont supprimés, par manque de postes, notamment dans des disciplines à faible effectif comme les langues anciennes ou dites rares, dans les enseignements artistiques.    

L’université n’a pas les moyens de remplir sa mission correctement, et le gouvernement ne propose que des solutions qui l’appauvrissent plus encore. Affichant tout son mépris, le gouvernement continue à remettre l’évaluation des chercheurs, à vouloir démanteler le CNRS, à promouvoir une vision à court terme de la recherche.

Non M. Darcos, vous n’êtes pas un chef d’entreprise !

Malgré les quelques reculs que le gouvernement a amorcé sous la pression du mouvement, la politique garde ses orientations fondamentales : moins de moyens financiers et humains, mise en concurrence des élèves, des enseignants et des établissements. La dégradation de la formation, la précarisation de tout le personnel et le recrutement de personnels non titulaires vont dans le sens d’une privatisation larvée du système. Le ministre de l’éducation parle de plus en plus comme un véritable chef d’entreprise !

Le grand risque c’est de voir le système éducatif disparaître. L’école ne sert pas simplement à former des travailleurs, mais doit permettre à tous, quelque soit son milieu social ou son lieu de résidence, de s’émanciper pour devenir et être un citoyen à part entière. Pour que le mouvement gagne, pour dépasser les effets d’annonce il doit rassembler le plus largement possible : élèves et étudiants, parents d’élèves et professeurs, personnels enseignants et non enseignants !

Le PCF exige le retrait des réformes en cours, l'annulation des suppressions de postes annoncées de la maternelle à l’université, l’abrogation de la LRU et du démantèlement du CNRS. Il faut que puisse s’ouvrir des négociations sérieuses et approfondies pour transformer notre système éducatif en lui donnant les moyens de cette transformation.


Partager cet article
Repost0

commentaires