Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 20:18
Guadeloupe / Antilles : le mépris gouvernemental ça suffit !
Le PCF appelle aux initiatives de soutien



Avec la mort du syndicaliste guadeloupéen Jacque Bino, la tension est montée d’un cran en Outre Mer. En refusant de reconnaître l’ampleur du mouvement, en refusant d’accéder aux revendications des ultra-marins, le gouvernement porte seul la responsabilité du pourrissement de la situation.

Le mouvement social ultra-marin n’est pas simplement un mouvement contre la vie chère, les revendications touchent aux salaires, au logement, aux services publics…Ce mouvement fait écho au mouvement social en métropole, il semble que le gouvernement ne puisse plus échapper à la convergence des intérêts et des luttes des deux côtés de l’Atlantique.

Les violences qui ont éclaté sont le signe d’un système qui éclate. La concentration du capital, les inégalités, les spéculations et les atteintes répétées aux libertés ont déterminé les guadeloupéens à étendre leur mouvement et à le radicaliser. Ils ont été suivis par les martiniquais et les réunionnais. Le gouvernement et le patronat ont fait part de tout leur mépris, il fallait vite se remettre au travail pour accueillir les touristes sur les plages…Puis, comme le mouvement ne s’est pas éteint, la seule réponse qu’ils ont apporté c’est celle de la force avec l’envoi de renfort de gendarmes outre mer pour intimider le mouvement social.

Le mouvement a pris de l’ampleur, et depuis une semaine le gouvernement joue clairement la carte de la répression. Arrestations de manifestants, interdictions de manifester, provocations… L’histoire de la Guadeloupe est émaillée de violences policières, par deux fois en 1952 puis en 1967 la police reçu l’ordre de tirer dans la foule.

Le Parti communiste français dénonce la politique du pire pratiquée par le gouvernement aux Antilles qui préfèrent la violence à une solution sociale et culturelle réclamée unanimement par les populations concernées. La reconnaissance de la dignité des Martiniquais, des Réunionais et des Guadeloupéens passe par des réponses positives à l’ensemble des revendications légitimes portées par le mouvement aux Antilles et à la Réunion. Le Parti communiste français représenté aux Antilles par une délégation conduite par Pierre Laurent, coordinateur national du PCF, appelle au succès le plus large des initiatives de soutiens, comme le rassemblement républicain pour la paix civile en Guadeloupe qui s’est tenu jeudi dernier place de la Concorde.

Partager cet article
Repost0

commentaires