Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 20:02
Les jeunes chercheurs sacrifiés
L'avenir de la recherche en danger



Avec le projet de « Contrat doctoral unique », Valérie Pécresse annonce la mise en place d’un statut unique pour tous les doctorants. Ce serait un progrès vers moins de précarité et plus de reconnaissance pour les jeunes chercheurs… Et pourtant : le contrat doctoral unique s’intègre parfaitement à la politique actuelle de casse du service public de l’enseignement supérieurs et de la recherche. Quelques raisons de se mobiliser…

Toujours plus de précarité…

Ce contrat n’implique d’aucun financement nouveau. Il ne concerne donc pas tous les doctorants, et ne cherche pas du tout à améliorer la situation de tous ceux qui doivent travailler pour financer leur recherche.  Les conditions d’embauche de chaque doctorant seront décidées localement : salaire, définition des missions, tout cela ne sera plus réglé au niveau national mais décidé par l’employeur. Le doctorant n’a donc plus aucune garantie de bénéficier de conditions favorables à la poursuite de sa recherche. Tout cela s’accompagne d’une dégradation notable de la protection sociale des doctorants : le nouveau contrat incluse une période d’essai qui pourra s’étendre jusqu’à six mois et peut être rompu sans motivation.

Les doctorants, victimes de la gestion de la pénurie

Les doctorants pourraient ainsi devenir une main d’œuvre d’appoint, voire une variable d’ajustement pour les universités. Les budgets toujours plus étroits inciteront les universités à demander toujours plus à leurs doctorants (heures d’enseignements, tâches administratives…) et à les licencier quand elles voudront économiser encore plus. Est-ce ainsi que l’on construit l’avenir de la recherche ?

Séparer recherche et enseignement

Enfin, contrairement aux contrats existants, ce nouveau contrat ne permettra pas aux doctorants de valider les concours de l’enseignement secondaire (CAPES ou agrégation). Jusqu’à présent, un doctorant titulaire de l’un des concours pouvait intégrer l’éducation nationale à l’issue de son contrat. Avec ce nouveau contrat, cette perspective est supprimée. Cela aggrave dangereusement la précarité des doctorants, en leur ôtant leur principal débouché. Mais surtout, cette mesure participe d’un projet global de séparation de l’enseignement et de la recherche. Comme la masterisation des concours, comme la réforme du statut d’enseignant chercheur, le contrat doctoral unique a pour but de casser le lien entre production et diffusion des savoirs. Les conséquences d’une telle séparation sur l’enseignement à tous les niveaux, et plus largement sur la diffusion des savoirs dans la société seront catastrophiques.

C’est une question grave non seulement pour notre économie, qui a besoin d’une recherche dynamique et ambitieuse, mais aussi pour notre démocratie, qui a besoin d’une éducation de qualité, accessible à tous.
Partager cet article
Repost0

commentaires