Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 19:13


Mardi dernier, l’hymne national a été sifflé par une partie du public du stade de France, en ouverture du match amical France-Tunisie.

Tout de suite, tollé général dans la presse. Indignation des politiques, chacun y va se son couplet pour fustiger ces « immigrés » qui ont eu l’impudence de siffler la Marseillaise. Pendant que François Fillon déclare « Ceux qui veulent siffler un hymne national doivent être privés du match auquel ils sont venus assister », Michèle Alliot-Marie donne de son côté pour instruction au préfet de Seine-Saint-Denis de « signaler officiellement les outrages à l’hymne national » au procureur de Bobigny.

L’opportunisme du gouvernement surfant sur une pseudo morale éthique et sportive relève d’une hypocrisie profonde. Qu’il puisse s’adonner à un nationalisme exacerbé doit nous interpeller. Il ne faut pas s’y tromper, lever l’étendard des « valeurs » est un des artifices du gouvernement actuel pour faire passer une politique de droite décomplexée.

Prôner « l’intégration » pour favoriser l’exploitation de la main d’œuvre immigrée, « réhabiliter la valeur travail» pour transformer l’individu en « force de travail » directement exploitable en détruisant l’ensemble des acquis sociaux, parler de « mérite » à l’école pour mieux couper court à toute réelle démocratisation de l’école, le subterfuge est toujours le même : prôner des pseudo « valeurs communes » pour mieux nourrir une politique de classe.

Partager cet article
Repost0

commentaires