Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 10:48

Le mot salaire est devenu tabou… N. Sarkozy a promis d’augmenter notre pouvoir d’achat… Mais rien ne vient, et les fins de mois sont de plus en plus difficiles ! Ce n’est pourtant pas compliqué : il suffit d’augmenter nos salaires ! Mais ça, le président, toujours au service du patronat, ne veut pas en entendre parler…

Ce sont toujours les salariés qui trinquent. Notre président est pourtant si efficace quand il s’agit de faire des cadeaux aux plus riches et aux patrons ! Pour eux, le bouclier fiscal, mais pour nous, de nouvelles taxes. Avec nos impôts, il finance le RSA, et permet aux patrons de faire des économies sur les salaires. Et si nous voulons gagner plus, nous n’avons qu’à faire des heures sup’ ! Bien sûr, elles ne conteront pas pour notre retraite…

Il n’y a pas d’argent ? La crise financière, la récession servent d’alibi au gouvernement pour refuser tout débat sur le partage de la richesse entre les profits et les salaires. Il paraît que la France est pauvre… Demandez aux patrons du CAC40 ! Leurs profits explosent. Où va cet argent ? Où vont les richesses que nous produisons par notre travail ? Pas dans notre poche en tous cas. En France, en dix ans, les profits sont passés du quart au tiers du Produit Intérieur Brut, la part de la masse salariale a baissé d’autant.

Lutter contre l’exploitation et le capitalisme, maintenant. Les financiers s’apprêtent à nous faire payer la crise qu’ils ont générée. Exigeons que les bénéfices de la croissance soient partagés entre ceux qui créent la richesse. Nous ne nous contentons ni d’une utopie, ni de la société telle qu’elle est : dès maintenant, engageons nous dans des luttes concrètes et nécessaires, et bâtissons un projet pour demain.

SAMEDI 27 SEPTEMBRE, AVEC LE PCF, MARCHONS POUR NOS SALAIRES !
RDV 15 H METRO ECOLE MILITAIRE

Partager cet article
Repost0

commentaires