Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 14:03
Réaction à l'article d'Aymeric Monville, De quoi Badiou est-il le nom ?
par
Nicolas Centa

Cet article vise à faire part de mon désaccord avec certaines conclusions du commentaire « De quoi Badiou est-il le nom ? » d’Aymeric Monville, sur les principes de l’organisation du Parti Communiste.

Pour Marx, l’histoire est celle des méthodes de production. Ce sont elles qui fixent les organisations sociales qui lui sont adaptées et non l’inverse.  Ce sont des changements des systèmes de production amenés par des ruptures technologiques qui ont entraîné les changements historiques, y compris l’avènement de la démocratie bourgeoise.

Le Parti Communiste ne peut pas échapper à cette analyse, et doit réaliser le fait que son succès passé était dû à l’accord entre sa propre organisation et celle du système de production alors en vigueur. C’est évident lorsque l’on regarde les idées de discipline de parti ou de centralisme démocratique, qui sont l’exact pendant de la discipline et du centralisme des industries, instaurées pour les mêmes raisons de conditions matérielles et notamment technologiques.

Force est de constater qu’aujourd’hui, dans les méthodes de production, ce type d’organisation a largement disparu. Les cadres et professions intellectuelles au sens large ont explosé en nombre et travaillent dans des conditions où l’autonomie est importante, la créativité valorisée et le pouvoir hiérarchique limité. Cette tendance déteint sur les ouvriers d’usine, dont le nombre se réduit mais qui sont de plus en plus qualifiés et qui voient leurs tâches s’étendre progressivement vers le domaine intellectuel. Les employés de services et notamment de services à la personne sont isolés en très petits groupes, soumis à une autorité directe et non formalisée, et se trouvent souvent dans une situation précaire. Enfin, la société compte de nombreux chômeurs et RMIstes de long terme.

Par conséquent, l’analyse marxiste nous pousse à voir que les concepts organisationnels développés par Lénine, s’ils sont brillants par leur remarquable accord avec les systèmes de production de l’époque, ne sont plus opérants aujourd’hui. Nous n’avons à partir de là aucune raison de nous attacher à les maintenir, d’autant plus que le type d’analyse qui y a mené déclarait d’emblée qu’ils ne pouvaient être éternels.

Il nous reste donc à construire de nouveaux modes d’organisation, qui sont un préalable à tout renouveau du succès du parti.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Lucien Sève aurait-il changé?
Répondre
N
Problème déjà posé dans le texte de Lucien Sève (http://alternativeforge.net/spip.php?article560) au titre III paragraphe "
En quel sens « faire de la politique autrement » ?"
Répondre
G
Il y a là un point de vue intéressant, mais je trouve que la créativité et la liberté d'initiative des travailleurs intellectuels, et des ouvriers polyvalents d'aujourd'hui est largement une (auto) illusion. Elle peut expliquer l'illusion post soixantehuitarde d'une organisation totalement structurée en réseau, mais la direction stratégique reste nécessaire. de même qu'un définition claire, nécessaire pour développer sens des responsabilités et démocratie, de la frontière entre le dehors et le dedans de l'organisation. Enfin, les nouvelles techniques d'organisation de la production n'empêchent pas l'organisation cellules d'entreprise, au contraire, elle devrait la faciliter. Mais il y a en tout cas quelque chose qui doit changer au PCF, et qui remonte à l'organisation léniniste, c'est les pratiques de cooptation des dirigeants à divers niveaux. elles se justifiaient dans le conditions passées pour structurer une direction ouvrière, plus aujourd'hui.
Répondre