Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 19:37


Jeudi 15 mai, les enseignants ne manifesteront pas seuls : toute la fonction publique sera à leurs côtés.

C’est que la politique de casse de l’éducation nationale ressemble fort à celle que le gouvernement cherche à appliquer à tous les services publics. Il suffit de regarder l’Hôpital : suppression de postes, emplois précaires, pénurie de personnels… Le gouvernement laisse la qualité des soins se dégrader, au profit des cliniques privées. Et de plus en plus, la santé devient un privilège.

De l’École à la Santé, le Service public est menacé par la logique de rentabilité. Il n’est plus question de satisfaire des besoins, de garantir des droits, mais bien de faire de l’argent. Et tant pis pour ceux qui en souffrent, usagers ou employés.

La même logique est à l’œuvre dans toute l’Europe : partout, la concurrence l’emporte sur la solidarité. De nouvelles solidarités auraient pu être construites à l’échelle européenne : harmonisation des droits sociaux par le haut, services publics européens… Au lieu de cela, l’Union européenne organise le dumping social, met les salariés en concurrence les uns avec les autres, et que les plus rentables – c’est-à-dire les plus précaires, les moins bien payés – gagnent !

Tous ensemble, nous pouvons résister, défendre et développer un modèle de solidarité fondé sur des services publics renforcés et démocratiques. L’argent ne manque pas pour les financer, en France et en Europe. Obligeons notre gouvernement à suivre notre volonté, et pas celle des marchés financiers !
Partager cet article
Repost0

commentaires