Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 09:31


Ils voudraient nous faire croire que les profs sont payés à ne rien faire…

Pour la droite, les enseignants sont des privilégiés, payés une fortune et toujours en vacances… Ils doivent travailler plus ! C’est faux. Un enseignant du secondaire travaille en moyenne 42 heures par semaine, même s’il n’a que 18 heures de cours à assurer. Et depuis plusieurs années, le pouvoir d’achat des enseignants, comme celui de tous les fonctionnaires, ne cesse de diminuer. L’Éducation Nationale n’a pas besoin d’enseignants qui travaillent plus, elle a besoin de plus d’enseignants. Et pourtant…

La dégradation organisée de l’enseignement public

X. Darcos veut supprimer 11 000 enseignants l’an prochain, et 20 000 par an pendant les quatre années suivantes ! Pour les remplacer, ceux qui resteront devront faire des heures supplémentaires. La qualité de l’enseignement en souffrira forcément. Le temps passé à faire des heures sup ne sera pas consacré aux préparations de cours ou aux corrections de copies. La nécessité de travailler dans plusieurs établissements en même temps nuira au travail en équipe. Et les élèves seront les premières victimes de cette politique.

Formation ou formatage ?

Notre démocratie rend nécessaire une éducation de qualité qui permette aux citoyens de se prononcer sur des questions complexes et de s’émanciper de l’idéologie véhiculée par les médias. Pour répondre à ces exigences, que nous proposent Darcos et Sarkozy ? Le socle commun de connaissances, et des cours de morale à l’école primaire ! Pour eux, l’éducation n’est pas un outil d’émancipation, mais un instrument de domination. L’école publique n’a qu’à former une main d’œuvre docile. Pour la culture et l’esprit critique, il faudra payer des cours privés !

À qui profite le crime ?

Le but de cette politique : livrer l’éducation au marché. La première conséquence de la dégradation de l’enseignement public sera le développement de l’enseignement privé et des entreprises de cours à domicile. Le gouvernement a déjà commencé à encourager cette concurrence en mettant en place des crédits d’impôt sur le soutien scolaire et en assouplissant la carte scolaire. Bientôt, les élèves et leur famille seront des clients. Seuls ceux qui en auront les moyens pourront payer une formation ambitieuse à leurs enfants. Et les autres ?

Faire des économies sur l’avenir : une politique irresponsable.

Cette politique est dangereuse : notre économie a besoin d’une main d’œuvre qualifiée. En faisant des économies sur l’école, le gouvernement fait des économies sur l’avenir : c’est toute la société qui risque de le payer cher. Tout cela pour éviter de prendre l’argent où il est, en taxant les revenus financiers et en contrôlant les banques ! Les privilégiés, ce ne sont pas les enseignants, ce sont les grands patrons et les financiers, et ceux-là se moquent bien de l’avenir de l’école publique : ils auront toujours les moyens d’offrir le meilleur à leurs enfants. Pour que ceux-là conservent leurs privilèges, la droite voudrait nous faire payer la note.

NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS FAIRE !

Parents, profs, élèves, salariés, ensemble défendons une école ambitieuse pour tous.

Lycéens, les manifs du mardi continuent ! RDV à 14h à Luxembourg.

JEUDI 15 MAI : TOUTE LA FONCTION PUBLIQUE EST DANS LA RUE
avec les parents, les élèves, les associations d’éducation populaire, les étudiants…
Journée de grève et de manifestation contre les suppressions de postes


Et ensuite… on continue ! Dimanche 18 mai à l’appel de la FSU,
Samedi 24 mai à l’appel de l’intersyndicale de l’Éducation Nationale…
Partager cet article
Repost0

commentaires