Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 18:00


Identité nationale, immigration, intégration : trois aspects d’une même politique d’exclusion xénophobe. Pour y voir clair, pour savoir de quoi l’on parle, pour comprendre la réalité derrière les slogans gouvernementaux :


Le Comité local du MRAP 5e/13e vous invite à une réunion publique avec
        
Emmanuel Terray,

anthropologue, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, animateur du 3e collectif de sans papiers composé de 38 nationalités différentes,

le mercredi 26 mars à 20 heures
au Centre culturel La Clef,
rue de la Clef,
métro Censier-Daubenton, bus 47

Pour la première fois de son histoire, la France s’est dotée d’un ministère de l’identité nationale de l’immigration et de l’intégration. Son titulaire, Brice Hortefeux, peut se vanter d’avoir subi avec succès les tests d’évaluation mis en place par Sarkozy, puisqu’il a expulsé plus de 24 000 étrangers « en situation irrégulière ».

L’intitulé de ce ministère, qui relie identité nationale, immigration et intégration, désigne à l’avance l’immigré comme responsable de la mise en danger de l’identité française et leur nombre comme facteur essentiel de la non intégration des enfants, petits-enfants, époux, épouses d’étrangers.

De quoi parle-t-on quand on dit « identité nationale » ? Qu’est-ce donc que l’identité de la France ? Comment s’est-elle constituée au cours de sa très longue histoire ?

Si le père d’Émile Zola, Italien émigré en France, avait été expulsé, jamais l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire n’aurait été écrite, jamais le capitaine Dreyfus n’aurait été défendu par J’accuse.

Si la Commune de Paris n’avait accueilli les étrangers, les Polonais Wrobleski et Dombrowski n’auraient pu organiser la défense de Paris contre Thiers, le boucher aux mains sanglantes.

Si Picasso avait été expulsé, jamais les Demoiselles d’Avignon, Guernica n’auraient été peints à Paris.

Si les soldats d’Afrique noire n’avaient pas été enrôlés dans l’armée française, la chute du nazisme en aurait été retardée.

Si les Républicains espagnols échappés des camps des Mille et de Gurs (où les avaient enfermés la République française) n’étaient entrés dans la Résistance, ils n’auraient pu libérer Toulouse et Paris de l’occupation nazie et du régime de Pétain.

Si les travailleurs venus d’Afrique du Nord avaient été expulsés dans les années cinquante, jamais les immeubles, les routes, les automobiles dont nous jouissons n’auraient été construits.

C’est de tous ces étrangers, venus des quatre coins du monde, qu’est faite notre identité nationale. Là est la véritable diversité.

Le gouvernement Sarkozy expulse non des chiffres, mais des être humains, sépare des familles, renvoie des enfants scolarisés, empêche des mariages, rejette dans l’illégalité des travailleurs en refusant de renouveler des titres de séjour et pour arriver à ses fins vous arrête dans la rue selon votre visage, entre à cinq heures du matin dans des foyers en brisant tout sur son passage, poursuit en justice ceux qui ont l’audace de montrer leur solidarité en empêchant des expulsions.

Partager cet article
Repost0

commentaires