Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 22:35
arton3819.jpg

Le 13 février, à l’appel unanime des syndicats, 80 à 90% des personnels de France télévisions, journalistes, techniciens, présentateurs, ont cessé le travail.
Pourquoi cette grève, inattendue dans son caractère massif ? Nicolas Sarkozy a annoncé que désormais, seule la télévision privée pourrait bénéficier de la publicité. Bravo ! Depuis le temps qu’on se lamentait devant les spots publicitaires qui nous contraignent à attendre des émissions de qualité parfois inégale, mais sans comparaison possible avec ce que nous avons eu ce mercredi 13 au réveil.

Le piège était pourtant un peu gros et les professionnels se sont vite mobilisés : comment remplacer les recettes de la pub pour la production des chaînes publiques, compte tenu de la nécessité d’utiliser intelligemment aussi le temps libéré ? Augmentation de la redevance ? Improbables revenus de projets flous avec des taxes sur internet, les téléviseurs, les ordinateurs, les téléphones portables, la publicité des chaînes privées, les opérateurs de télécom ? Tout laisse penser que les recettes publicitaires ne trouveront pas de remplacement pour l’activité de la télé publique. D’ailleurs, les chaînes privées trouvent que les chaînes publiques sont trop nombreuses et dépensent trop.

Des enjeux culturels, économiques, démocratiques

La question a une importance nationale, des implications directes sur l’image de notre culture à l’étranger : trop de grandes émissions ont déjà disparu au cours des dernières années, la télévision pour les jeunes est souvent devenue un marché des télés américaine et japonaise, avec la violence des images, dénoncée par psychologues et pédagogues. Même les émissions sportives sont gangrenées par l’argent : voir la retransmission des matches de football, désormais monopolisée par la télé privée.

Si le projet présidentiel est de faire de la télévision publique un élément de formation démocratique, de progrès culturel, qu’on dise avec quel argent et pour quel projet éditorial. « La France est en faillite. Les caisses sont vides  » répond-on pour justifier de faire travailler plus pour gagner moins. Se seraient–elles soudain emplies pour la télé ?

Convergence des luttes

Les travailleurs de la télévision publique ont toutes raisons de se mobiliser massivement dans l’intérêt du public. Leur action va dans le même sens que bien d’autres qui se développent dans l’industrie, dans la grande distribution, chez les enseignants, les chercheurs, les hospitaliers. Chaque nouveau coup porté à l’emploi, aux salaires, à la formation, à la santé, aggrave l’inquiétude, une inquiétude qui suscite maintenant des luttes.
Partager cet article
Repost0

commentaires