Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

____________________


images.jpeg
DEMANDEZ L'HUMA !
Vous pouvez rencontrer les communistes du 5e arrondissement tous les week-end sur vos marchés. Ils y vendent l'Humanité Dimanche, y distribuent le 5e.communiste (leur journal) et  bavardent volontiers avec les passants.

Nous sommes tous les samedis à partir de 11h aux marchés de Port-Royal et tous les dimanches à la même heure au marché de la place Monge.

Recherche

Nous contacter :

Parti communiste français

42, rue Mouffetard

75005 Paris

Tél. : 01 43 37 44 19

section.pcf5@gmail.com

8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 19:19
Un article de Charline et Augustin, partiellement publié dans le 5e.communiste, le journal des communistes du cinquième.

Une loi xénophobe.


« L’amendement ADN  », adoptée par le parlement le 23 octobre a sûrement été l’aspect le plus médiatisé, et peut être le plus ignoble, de la politique de l’immigration promue par le ministère de l’immigration, et de l’identité nationale. La France s’est émue de cet article de loi qui introduisait la génétique dans la définition de la famille. Mais surtout soulignons que cet article inscrit dans la loi une discrimination grave. Rappelons que ce même projet visait également à écarter les « sans papiers » des hébergements d’urgence, alors même qu'ils en sont souvent les bénéficiaires. L’esprit de cette loi est xénophobe.




Une politique inhumaine.

Mais il y a longtemps que cette droite décomplexée avait montré le caractère ignoble de sa politique de l’immigration. En juillet 2006, Mr Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, et Mr Mariani présentent un premier projet de loi . C’est cette loi qui introduit le concept d’ «immigration subie », qui durcit les conditions du regroupement familial et réduit les possibilités de régularisation. Mr Hortefeux ne démord pas de son objectif chiffré d’expulsion : 25000 sans papiers seront expulsés d’ici la fin de l’année. Le malaise monte dans la police.

La stigmatisation des immigrés.

Les polémiques qui éclatent manquent un peu de réalité. Qui sont ces immigrés que les français « subissent » ? Les membres de familles déchirées par le départ du père, de la mère partie travailler en France, qui souhaitent se retrouver. Qui sont ces « sans papiers », stigmatisés dans de nombreux discours ? Il faut lire ces témoignages de femmes et d’hommes qui travaillent et vivent dans une précarité extrême, la peur au ventre, menacés par n’importe quel contrôle de police. Quel est le résultat de cette politique incohérente du chiffre en matière d’expulsion ? Des drames humains tous les jours, des interpellations à la sortie des écoles, et même des morts !
Ces 200000 « sans papiers » sont ils vraiment la source de tous les maux de la France ? Pourquoi l’immigration et l’immigré doivent ils être un problème ?

Une période lugubre de l’histoire.

Cette droite se camoufle derrière une vitrine de dynamisme, de renouveau. En vérité ce sont les vieilles recettes xénophobes de la droite réactionnaire qui sont appliquées. Mr Hortefeux ne nous a pas encore expliqué clairement ce que dissimulait l’« identité nationale » qu’il est censé défendre face à l’invasion des hordes barbares. Qui aujourd’hui se reconnaît dans l’identité que défend le ministre ?

L’époque est lugubre. En réponse aux difficultés économiques qui frappent les français on ne répond que par la stigmatisation des plus faibles d’entre nous. A l’heure où les frontières bougent, où les idées circulent plus vite, on nous propose une vision sclérosé d’une identité nationale vague qui ne peut pas ne pas nous rappeler les pires pages de l’histoire européenne. Les députés, dont M. Tibéri, qui votent ces lois écrivent sûrement une page sombre de l’histoire de notre pays.

Une politique de classe.

A ceux qui trouvent inhumaine cette politique, et ils sont nombreux à travers la France comme l’atteste la constitution spontanée de nombreux réseaux de contestation et de défense des « sans papiers » , il faut rappeler que cette politique n’est pas sans cohérence avec la politique économique et fiscale injuste du gouvernement. En effet, depuis les années 70 les lois en France se durcissent pour les immigrés. Mais ce durcissement n’a jamais permis de faire baisser le nombre de résidents illégaux en France, au contraire ce nombre augmente. Ceci n’est pas incohérent. On sait que certains secteurs de l’économie, la restauration, le bâtiment, ont besoin de cette main d’œuvre précaire, terriblement flexible et surtout sous payée. En vérité l’immigré illégal est le travailleur rêvé pour un ultralibéral : pas de papier c’est pas de salaire minimum, pas d’heure sup’ et surtout la disparition des contraintes du code du travail. C’est pour cela que la lutte contre cette politique inhumaine de l’immigration n’est pas seulement un combat de solidarité, de compassion pour ces « sans papiers » qui subissent la politique de notre gouvernement. Ce combat est aussi celui pour une autre société qui refuse l’exploitation de l’homme, et qui ose croire dans le progrès. 

Pour en savoir plus sur la législation mise en place par Sarkozy et son gouvernement, et sur les moyens de lutter, vous pouvez consultez le site du collectif Uni(e)s contre une immigration jetable.

Partager cet article
Repost0

commentaires